Épreuve d’effort

Qu’est-ce que c’est ?

L’ épreuve d’effort permet d’évaluer les effets de l’exercice sur le cœur. Les résultats obtenus constituent une base pour la recherche d’arythmie et la présence ou l’absence d’une coronaropathie. À cet effet, il consiste à augmenter le travail cardiaque en vue de détecter une éventuelle anomalie. Cette activité est réalisée sur un tapis de course ou vélo de façon à accroitre les besoins en oxygène du cœur. Prescrit par un médecin ou un cardiologue, celui-ci apporte une mesure de la fréquence cardiaque maximale, de la consommation d’oxygène ainsi que du rejet d’acide carbonique.

Le test d’effort présente diverses finalités et varie selon les patients. Il peut s’agir d’un diagnostic, d’une évaluation ou d’un dépistage.

Si l’examen est possible à partir de l’adolescence, il est par exemple recommandé aux hommes de plus de 40 ans et femmes de plus de 50 ans dans le cadre de la reprise d’une activité physique.

En quoi ça consiste ?

Effectuée en présence d’un médecin et assisté par un(e) infirmier(e), l’ épreuve d’effort comprend plusieurs étapes :

  • L’entretien

Cet interrogatoire permet de renseigner sur les antécédents familiaux, les antécédents personnels du patient et la présence ou non de risques cardiovasculaires tels que le tabagisme, le diabète, l’hypertension, le cholestérol, l’obésité, la sédentarité.

  • L’examen clinique

Un examen clinique est réalisé avant le test. Celui-ci consiste en une auscultation du cœur et des poumons ainsi qu’en une analyse de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle.

  • Le test

Le test d’effort prend environ vingt minutes et s’effectue par paliers de progression. À cet effet, l’accélération du tapis de cours ou la résistance du vélo est augmentée au bout de 3 minutes en moyenne. Toutefois, en cas d’épuisement ou d’essoufflement important, d’atteinte de la fréquence cardiaque maximale théorique, de trouble du rythme cardiaque, de malaise ou de tension artérielle trop élevée, l’examen est interrompu.

Quels risques et contre-indications ?

Les risques encourus par l’ épreuve d’effort sont notamment des troubles du rythme cardiaque, des malaises, d’éventuelles chutes, un accident vasculaire cérébral, un infarctus du myocarde, voire un arrêt cardiaque.

Par précaution, les patients atteints de certaines pathologies sont contre-indiquées au test d’effort, notamment en cas de :

  • infarctus du myocarde récent (3 à 5 jours)
  • insuffisance cardiaque non contrôlée
  • embolie pulmonaire ou phlébite en évolution
  • myocardite, péricardite ou endocardite en évolution
  • incapacité physique et refus du patient
  • thrombus intraventriculaire gauche consécutif à un infarctus du myocarde, surtout s’il est mobile angor instable
  • sténose serrée du tronc commun de la coronaire gauche connue