Insuffisance cardiaque droite

Définition

L’insuffisance cardiaque droite correspond à l’incapacité du ventricule droit à réaliser un débit sanguin suffisant, avec pour conséquence une accumulation de liquide dans les chevilles ou dans les jambes. Ce dysfonctionnement peut être consécutif à un défaut de la pompe ou à la présence d’un obstacle sur l’artère pulmonaire.

Les causes

Les étiologies de l’insuffisance cardiaque droite sont souvent d’origine pulmonaire. En effet, affecté, le poumon peut gêner la circulation sanguine et atteindre le cœur droit. Ces affections sont notamment :

  • les fibroses pulmonaires telles que la polyarthrite rhumatoïde
  • les séquelles de tuberculose
  • la silicose et les pneumoconioses
  • l’hypertension artérielle pulmonaire
  • les maladies pulmonaires chroniques faisant suite à un cœur pulmonaire

L’insuffisance cardiaque gauche peut également entraîner une insuffisance du cœur droit, incapable d’assurer la suppléance.

Les symptômes

Les manifestations cliniques de l’insuffisance cardiaque droite sont :

  • signes fonctionnels : se traduisant par des hépatalgies précoces accompagnées de troubles digestifs tels que la dyspepsie ou ballonnement ainsi qu’une dyspnée à l’effort
  • signes d’hypertension veineuse tels qu’une oligurie, des œdèmes déclives, une turgescence spontanée des jugulaires, un reflux hépato-jugulaire et une hépatomégalie avec expansion systolique du foie
  • signes cardiaques discrets comme la tachycardie, l’insuffisance tricuspidienne, un éclat du B2 pulmonaire et un galop pré-systolique ou protodiastolique du cœur
  • signes tardifs comme la cyanose d’effort, l’ascite ou l’hippocratisme digital, etc.

Les examens et les analyses complémentaires

Le diagnostic de l’insuffisance cardiaque droite repose sur la radiographie thoracique de face visant à observer l’augmentation de volume du cœur. L’électrocardiogramme et l’échographie se révèlent également nécessaires. D’autre part, des examens en milieu spécialisé sont réalisés. Il s’agit d’examens biologiques, bactériologiques, parasitaires, immunologiques, radiologiques, hémodynamiques, etc.

Le traitement

La prise en charge de l’insuffisance cardiaque droite consiste en l’adoption de certaines règles d’hygiène de vie, à commencer par le repos. Celui-ci permet de réduire l’effort cardiaque, surtout dans le cas d’un infarctus récent. Toutefois, le patient est encouragé à remuer régulièrement les jambes afin de favoriser la circulation sanguine. En cas de gonflement, des bas élastiques sont préconisés.

D’autre part, un régime alimentaire strict et appauvri en sel est recommandé. Les aliments à bannir sont entre autres, les charcuteries et les conserves, les fromages ainsi que les eaux minérales gazeuses et les médicaments à base de sodium.

Les médicaments prescrits intègrent les classes d’antihypertenseurs et de tonicardiaques telles que la digitaline, associées à des diurétiques.

La transplantation cardiaque demeure l’ultime méthode de traitement.