Hypertension intracrânienne

Définition

L’hypertension intracrânienne correspond à l’augmentation importante de la pression à l’intérieur de l’encéphale, partie du système nerveux central localisée à l’intérieur du crâne. À noter que la boîte crânienne est formée de trois éléments : le tissu cérébral, le liquide céphalo-rachidien et les vaisseaux sanguins irriguant les cellules du tissu. Comme cette structure osseuse est inextensible, la dilatation de l’un des trois compartiments aura pour effet l’augmentation de la tension intracrânienne. C’est souvent le cas lors d’une tumeur cérébrale, d’un hématome à la suite d’un choc ou face à une thrombose cérébrale entravant l’évacuation du sang. Ces phénomènes induisent une hypertension intracrânienne.

Étiologies

L’hypertension intracrânienne fait suite à l’atrophie des structures tissulaires du cerveau. D’autres facteurs tendent à favoriser son apparition tels que l’accumulation de sang lors d’hémorragies cérébrales, de thrombophlébite cérébrale ou d’hématomes intracrâniens ainsi que l’augmentation de volume du liquide céphalo-rachidien, hydrocéphalie, lorsque celui-ci n’est pas entièrement résorbé. L’hypertension intracrânienne est porteuse de risques graves en raison de la pression exercée sur des structures fragiles, exposant celles-ci à des lésions irréversibles.

Signes extérieurs

L’hypertension intracrânienne se manifeste généralement par :

  • douleurs de la nuque et du cou, suivies de maux de tête
  • céphalées, notamment au réveil
  • apathie : sorte d’inertie psychique et physique, accompagnée d’une phase d’indifférence face aux stimulations extérieures
  • vomissements et nausées : en jet, lors d’un changement de position, ne se rapportant pas à l’ingestion d’aliments
  • opisthotonos : type de contractures généralisées à l’ensemble du corps

Diagnostic

Le diagnostic de l’hypertension intracrânienne passe par un bilan détaillé, clinique et neuroradiologique. Il consiste dans un premier temps en un scanner cérébral et se complète par une IRM cérébrale en vue de déceler la présence de lésions, voire une angio-IRM cérébrale pour retrouver des sinus veineux ainsi qu’une éventuelle thrombose cérébrale. Si besoin, un fond d’œil réalisé par un ophtalmologiste est souvent pratiqué.

Traitement

Selon l’évolution clinique des signes et des résultats des examens complémentaires, une hypertension intracrânienne peut être traitée en urgence. Face à une reconstitution rapide des manifestations, on procède à une intervention chirurgicale à travers une dérivation ventriculaire externe. Cette opération permet de réduire la pression exercée sur les structures du cerveau. Dans le cas où la pathologie dissimule une tumeur, seule une biopsie permet de déterminer le traitement adapté. En ce qui concerne la thrombose veineuse, des anticoagulants sont prescrits.