Crises toniques

Introduction à la crise tonique d’épilepsie

La crise tonique est une forme généralisée de l’épilepsie. Il s’agit de la manifestation clinique d’une hyperactivité paroxystique d’un groupe de neurones. Elle se manifeste généralement par la chute soudaine du sujet, une perte de connaissance, une contraction tonique soutenue de l’ensemble des muscles, une apnée avec cyanose et une hypersécrétion bronchique et salivaire. Parfois, la personne touchée peut se mordre le bord latéral de la langue.

Manifestations de la crise tonique

La crise tonique d’épilepsie est une phase qui conduit à la phase clonique, comprenant des convulsions musculaires et des tremblements intenses. Elle peut toucher tant les enfants que les adultes. Chez l’enfant, elle commence par des pleurs et des gémissements, suivis d’une chute et d’une éventuelle perte de conscience instantanée ou quelques minutes plus tard. Le rythme cardiaque et la pression sanguine de l’enfant augmentent. Une transpiration et de légers tremblements sont également constatés. Les symptômes sont presque les mêmes chez l’adulte, à l’exception de la hausse de la tension artérielle et de la mydriase.

Les chutes durant la crise tonique peuvent occasionner des traumatismes, souvent crâniens. Les incontinences figurent aussi parmi les conséquences probables de l’épilepsie tonique.

Facteurs de risque de la crise tonique

Certaines circonstances favorisent les crises toniques, à savoir :

  • Un traitement antiépileptique discontinu
  • La consommation d’alcool et de cocaïne
  • Le manque de sommeil
  • Le stress et les émotions

La stimulation excessive des organes de sens (plus particulièrement les yeux et les oreilles) constitue également un facteur non-négligeable de crises toniques chez les personnes photosensibles. La prise en compte de ces facteurs permettra de réduire la fréquence et l’intensité des crises.

Prévention et traitement de la crise tonique

Outre la prévention, des traitements médicaux sont proposés aux patients pour minimiser l’impact et la fréquence des crises toniques, notamment la prise d’anticonvulsifs. A cet effet, le phénytoïne, la lamotrigine et la carbamazépine font partie des médicaments recommandés. Toutefois, l’abus de l’un de ces médicaments peut entraîner des effets secondaires tels que l’altération des fonctions mentales ou l’inefficacité des contraceptifs oraux. Parce que chaque situation est unique, la consultation d’un médecin est de rigueur.

traumatisme-cranien-ferme