Maladie de Parkinson

Introduction à la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson affecte le système nerveux et se caractérise par la disparition progressive des neurones qui sécrètent un neurotransmetteur appelé dopamine. Ce dernier intervient dans le fonctionnement de nombreuses régions du cerveau notamment des ganglions de la base. Cette maladie est généralement diagnostiquée entre 55 et 65 ans, mais 10 % des patients sont âgés de 30 à 55 ans.

Causes et facteurs de risque de la maladie de Parkinson

Les causes de cette maladie restent encore inconnues, mais les chercheurs s’intéressent de près à certaines pistes :

  • Une exposition régulière à certains pesticides augmenterait de 70 % le risque de développer la maladie. Les organochlorés seraient les premiers responsables.
  • Une exposition aux métaux (plomb, mercure, aluminium, cobalt, manganèse…) a été fortement suspectée, mais le lien de cause à effet n’a pas encore été confirmé ni démontré jusqu’à présent.

D’autres facteurs de risque sont également en ligne de mire des chercheurs : l’exposition à des toxines (cyanure, colle, peinture), un régime alimentaire pauvre en antioxydants, certaines infections (rougeole, rubéole, oreillons…) et une prédisposition génétique.

Symptômes de la maladie de Parkinson

Les débuts de la maladie passent souvent inaperçus : une fatigue intense, des tremblements, des difficultés à parler et à effectuer certains mouvements, des douleurs mal localisées, une réduction de l’odorat… D’autres signes vont progressivement apparaître :

  • L’akinésie qui se caractérise par la lenteur du mouvement : cela concerne notamment la marche dont le démarrage est particulièrement éprouvant pour le malade. Le dos se courbe, les bras restent immobiles et le cou devient raide. Les traits du visage sont figés et le regard fixe. Le malade a de plus en plus de mal à articuler et parle de manière très monotone.
  • L’hypertonie qui se caractérise par la raideur des membres.
  • Le tremblement devient plus fréquent, apparaît au repos et disparaît lors des mouvements. Il augmente lors des efforts de concentration. Le tremblement peut toucher le visage, le menton et les lèvres, et surtout les mains.
  • La perte de l’équilibre apparaît plus tardivement que les autres symptômes. Elle survient généralement après plusieurs années d’évolution de la maladie.
  • Troubles psychiques : anxiété, dépression, irritabilité…
  • Troubles du sommeil et digestifs.

Diagnostic de la maladie de Parkinson

Le diagnostic est basé sur le constat de ces signes. Le scanner cérébral permet aux médecins de détecter d’éventuelles autres maladies. Si les signes de l’examen clinique ne sont pas absolument typiques de la maladie, d’autres examens peuvent être pratiqués : examen sanguin, ponction lombaire et électro-encéphalogramme.

Prise en charge de la maladie de Parkinson

Les médicaments permettent d’améliorer l’état du patient, mais pas de guérir la maladie. Au début du traitement, l’état du patient s’améliore significativement et les signes peuvent même disparaitre complètement. Cette période, appelée « lune de miel », dure plusieurs années. Toutefois, l’efficacité du traitement diminue peu à peu, impliquant l’augmentation des posologies, voire l’association de plusieurs médicaments.