Doigt à ressaut

Définition 

Le doigt à ressaut est la conséquence d’une tension entre le tendon fléchisseur et sa gaine (poulie de reflexion) à la base du doigt. Ce conflit se traduit soit par un retard à l’extension du doigt, soit par un blocage du doigt en flexion. Il s’en suit alors une raideur d’origine articulaire obligeant parfois à faire intervenir l’autre main. Le premier signe de la maladie est généralement la douleur ressentie à la base du doigt, notamment du côté de la paume. Des oedèmes peuvent également apparaître.

Diagnostic 

Le diagnostic se fait de manière clinique. Il consiste à déterminer les douleurs avec un accrochage caractéristique ou un blocage complet du doigt en extension ou en flexion, notamment au réveil. L’affection est généralement localisée au niveau du pouce, du 3ème et du 4ème doigt. Dans sa forme primitive, le doigt à ressaut se traduit par une raideur articulaire en flexion de l’articulation intermédiaire et un effilochement des tendons. En évoluant, ce dysfonctionnement aboutit à une rupture des tendons.

Les causes 

Le doigt à ressaut fait généralement suite à une inflammation ou à un épaississement de la gaine synoviale entourant le tendon fléchisseur. De cette synovite se forme un véritable nodule intratendineux, apparent à une petite olive. Lorsque celui-ci passe l’entrée du canal digital, en regard de la poulie, le patient ressent une sensation d’accrochage.

Les traitements 

Dans sa forme bénigne, le doigt à ressaut est souvent soulagé par la mise au repos. Celle-ci vise à réduire les travaux manuels et répétitifs qui accentuent les douleurs. Le médecin peut également prescrire une médication antalgique et anti-inflammatoire.

La prise en charge du doigt à ressaut fait appel à un traitement médical et chirurgical.

  • Le traitement médical

Le traitement médical consiste en une infiltration de corticoïdes en regard du nodule. Son efficacité est limitée au stade inflammatoire initial, car variable et temporaire. En effet, le corticoïde agit de façon lente, à raison de six semaines, et ne peut être renouvelé qu’une seule fois.

  • Le traitement chirurgical

Le traitement chirurgical devient nécessaire suite à l’échec du traitement médical. Réalisé sous anesthésie locale, il consiste en une incision dans la paume, à la racine du doigt, pour libérer la poulie responsable du ressaut. Rapide et peu douloureuse, cette opération mobilise immédiatement le doigt pour un résultat définitif. Toutefois, une difficulté à l’extension peut survenir et persister pendant plusieurs semaines.

Après l’opération, les risques spécifiques sont notamment des adhérences qui réduisent la course tendineuse. Ce dysfonctionnement est le plus souvent soigné par une rééducation post-opératoire. L’on note également l’éventuelle évolution d’infection responsable de phlegmons, ou d’une lésion nerveuse ou artérielle.