Anesthésies locale et générale

Concilio - Anesthésies locale et générale

Le saviez-vous ?

La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de santé.

Généralités

  1. L’anesthésie générale se fait via une perfusion intraveineuse en vue d’une intervention chirurgicale ou d’un examen médical (Coloscopie, fibroscopie…). L’intraveineuse comporte une substance à effet sédatif et hypnotique permettant d’endormir le patient, un analgésique à base de morphine pour éviter au sujet de ressentir la douleur et parfois même un curare pour supprimer le tonus musculaire. Selon les cas, le patient peut nécessiter d’une intubation oro-trachéale avec une respiration En outre, un simple sédatif peut être utilisé pour faire dormir le patient lors d’un examen comme la fibroscopie.
  2. L’anesthésie locale consiste à inhiber de façon réversible la propagation des signaux le long des nerfs. Il existe plusieurs type d’anesthésie locales :
    • Anesthésie topique : anesthésique sous forme de gel ou de pommade.
    • Anesthésie par infiltration : Anesthésique déposé à proximité des nerfs par injection.
    • Anesthésie locorégionale qui consiste à endormir un ou plusieurs nerfs situés au niveau des membres supérieurs ou inférieurs, du visage ou du ventre. Elle prend l’appellation de péridurale, notamment lorsqu’elle est réalisée dans le cadre d’un accouchement à l’aide d’un cathéter pour diffuser un analgésique, un anesthésique ou un glucocorticoïde.
    • Anesthésie péri-médullaire concerne les nerfs entourant la moelle épinière. La rachianesthésie est une anesthésie péri-médullaire couramment utilisée. Elle est exécutée via l’injection d’un anesthésique local dans le liquide céphalorachidien par voie péridurale ou épidurale.

Les complications des anesthésies locale et générale

Les complications possibles lors d’une anesthésie locale sont l’allergie aux anesthésiants, la formation d’un hématome, l’apparition de lésions nerveuses, et plus rarement, la survenue d’une infection.

Bien que très rares, les complications lors d’une anesthésie générale peuvent être plus sévères : Inhalation du contenu digestif, lésion de la trachée ou des cordes vocales lors de l’intubation, allergie grave, asphyxie ou arrêt cardiaque. Les patients peuvent classiquement présenter des troubles de la mémoire et de la concentration suite à une anesthésie générale.

L’anesthésie péri-médullaire comporte des risques potentiels semblables à ceux de l’anesthésie générale.
Pour cette raison précise, une surveillance clinique constante des paramètres vitaux du malade est indispensable. Durant l’opération, la fréquence cardiaque, la tension artérielle et le taux d’oxygène contenu dans les globules rouges après leur passage dans les poumons sont rigoureusement contrôlés.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Avant l’anesthésie locale ou générale

Par mesure de précaution, l’on recommande au patient d’être à jeun, même avant une anesthésie locorégionale. En cas de problème, il faudra recourir à l’anesthésie générale, ce qui nécessite un jeûne strict. Ainsi, le patient ne pourra ni consommer d’aliments solides, ni fumer pendant les 6 heures qui précèdent l’anesthésie, ni boire 2 heures avant que le processus ne soit lancé.

Plus de 18 000 médecins recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.