Persistance du canal artériel (PCA)

Le saviez-vous ?

Les maladies cardio-vasculaires sont la 1ère cause de mortalité chez les femmes.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de cardiologie.

Persistance du canal artériel : de quoi s'agit-il ?

Dans l’utérus, le fœtus respire grâce à l’oxygène provenant de sa mère. À cette étape de la vie intra-utérine, le sang irrigue les organes de l’embryon à travers une petite communication appelée canal artériel. À la naissance, l’inspiration se fait de manière spontanée, et cette voie se referme d’elle-même. Toutefois, chez certains sujets, ce processus n’est pas ou mal achevé, laissant alors une petite ouverture. Cette anomalie compromet la bonne circulation du sang, ce qui explique la notion de persistance du canal artériel.

Dans certains cas, la PCA (persistance du canal artériel) se ferme de manière naturelle au fil du temps. D’autre part, des médicaments permettent de stimuler sa fermeture. À l’échec de ces prises en charge, la cathétérisation s’impose.

Diagnostic

Le diagnostic d’un PCA consiste dans un premier temps à entendre le son émis par le cœur du bébé et notamment par le flux sanguin. Généralement, cette pathologie émet un son apparent à un souffle continu, court ou long et régulier selon le degré de fermeture de la voie. Toutefois, la PCA peut être silencieuse, surtout lorsque l’ouverture est large. D’autres signes sont également rapportés à l’instar de l’apnée, des pulsations cardiaques irrégulières, un pouls fort ainsi qu’une activité accrue du cœur perçue sur la paroi du thorax.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Traitement

La prise en charge de la PCA est généralement chirurgicale et consiste en une cathétérisation du cœur. Au cours de l’opération, le médecin insère un long tube mince, le cathéter, dans une veine ou une artère du cou ou de l’aine. Ce dispositif est ensuite orienté vers la veine ou l’artère liée au cœur. À l’issue de cette étape, un instrument de fermeture est introduit dans le cathéter et placé dans le canal artériel. Ensuite, le cardiologue enlève le cathéter et renferme l’incision à l’aide d’un pansement.

Les complications

Si le cathétérisme du cœur présente un risque assez faible, il n’est pas sans complications. Voici les risques les plus courants sont :

  • Un vaisseau sanguin traversé par le cathéter
    Pour remédier à ce risque, un type de radiographie appelée fluoroscopie est utilisé. Celle-ci permet de localiser le cathéter à tout moment.

  • Des complications liées à l’instrument de fermeture
    Même si l’instrument de fermeture est parfaitement mis en place, des incidents peuvent néanmoins survenir. En effet, celui-ci peut se trouver au mauvais endroit, tomber ou être déplacé. Dans une telle situation, le médecin essaie de le remettre en place ou à l’échec, procède à une opération en vue de retirer celui-ci.

Sources

  1. Risques cardiovasculaires chez les femmes. Fédération Française de Cardiologie
    https://www.fedecardio.org/La-Federation-Francaise-de-Cardiologie/Nos-combats/le-risque-cardio-vasculaire-chez-les-femmes
  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1512 cardiologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio