Rétrécissement aortique ou sténose aortique

Le saviez-vous ?

Les maladies cardio-vasculaires sont la 1ère cause de mortalité chez les femmes.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de cardiologie.

Qu'est-ce que le rétrécissement aortique ?

Le rétrécissement aortique correspond à la dégradation de la valve aortique. Valvulopathie fréquente, il est généralement rencontré après 70 ans. Cette altération est le plus souvent d’origine dégénérative en raison du vieillissement et des calcifications de la valve. Si les étiologies restent peu connues, l’on rapporte néanmoins des facteurs de risque tels que le tabagisme, l’hypercholestérolémie et le surpoids. Dans de rares cas, cette dégradation est d’origine congénitale ou constitue la séquelle d’une infection de la valve.

Les signes extérieurs

La survenue des manifestations marque un tournant dans l’évolution de cette pathologie. L’on observe :

  • Une douleur thoracique

  • Un essoufflement

  • Un malaise de type syncope

Ces symptômes constituent des facteurs déclenchant et surviennent lors d’un effort. En effet, cette maladie est susceptible d’évoluer pendant une durée de 6 mois à 5 ans avec un risque de « mort subite » élevé.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Le diagnostic

Le premier signe clinique à observer est l’apparition d’un souffle cardiaque. À ce titre, le diagnostic consiste en une auscultation cardiaque afin de déceler un souffle « systolique » important. L’absence du « deuxième signe cardiaque » témoigne du caractère serré du rétrécissement.

À partir d’un interrogatoire, le médecin recherche des signes de gravité tels que l’essoufflement, les malaises ou une douleur dans la poitrine. Une échographie cardiaque vient confirmer les résultats du diagnostic. Celle-ci permet de déterminer la sévérité du rétrécissement ainsi que son impact sur le ventricule gauche. Lorsque les symptômes sont peu intenses, une épreuve d’effort est nécessaire pour orienter la conduite thérapeutique entre simple surveillance ou chirurgie.

La chirurgie est nécessaire si l’on observe les signes cliniques tels que :

  • L’apparition d’un angor d’effort, angine de poitrine se manifestant par des douleurs thoraciques d’intensité variable.

  • L’essoufflement à l’effort ou dyspnée à l’effort : signe que le cœur se bat en permanence contre un effort. Chez certains patients, même au repos, le cœur ne remplit plus correctement sa mission, ce qui conduit à la formation d’un œdème pulmonaire.

  • Les malaises à l’effort, voire les syncopes caractérisées par un manque de perfusion au niveau cérébral ou encore des troubles de conduction cardiaque tels qu’une tachycardie ventriculaire. D’autre part, il peut s’agir de troubles du rythme à type de « bloc » cardiaque, survenant lorsque l’extension des calcifications touche le système électrique du cœur.

Le traitement

Le traitement chirurgical consiste en un remplacement valvulaire aortique. Réalisé sous circulation extracorporelle, il s’agit d’extraire la valve malade et calcifiée. Désormais, d’autres alternatives existent à la chirurgie, comme l’implantation d’une valve prothétique trans-artérielle via l’artère fémorale.

Sources

  1. Risques cardiovasculaires chez les femmes. Fédération Française de Cardiologie
    https://www.fedecardio.org/La-Federation-Francaise-de-Cardiologie/Nos-combats/le-risque-cardio-vasculaire-chez-les-femmes
  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1512 cardiologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio