Herpès simplex au niveau génital

Concilio - Herpès simplex au niveau génital

Le saviez-vous ?

Boutons, rougeurs, cloques, démangeaisons ? Les maladies de peau sont diverses et un même symptôme peut avoir plusieurs origines différentes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de dermatologie.

Qu’est-ce que l’herpès génital ?

L’herpès génital est une affection sexuellement transmissible qui touche la zone génitale, la zone anale et le plancher pelvien. Il est causé par l’herpès virus humain de type 1 ou 2, transmis lors de rapport sexuel. Il se transmet par contact direct même s’il n’existe pas de lésion apparente. Il s’agit d’une affection discrète dont la première infection peut totalement passer inaperçue.

Plus de 80% des personnes présentant des signes d’infection l’ont d’ailleurs attrapé d’un partenaire qui ignorait qu’il avait la maladie. Le premier contact avec le virus se fait en général chez l’adulte jeune (durant les vingt premières années de la vie sexuelle).

Les signes de l’herpès génital

Les premiers symptômes peuvent se manifester après 7 à 21 jours :

  • Chez l’homme : la pathologie se manifeste par une inflammation et des vésicules sur le prépuce, le gland ou le fourreau ;

  • Chez la femme : l’affection se traduit par une inflammation, des vésicules, un œdème de la vulve et du vagin ;

  • Des démangeaisons, des brûlures et des douleurs ;

  • Des ganglions

  • De la fatigue, de la fièvre et un malaise.

Il faut néanmoins souligner que plus de la moitié des personnes infectées ne présentent pas de signes particuliers. Mais même dans ce cas, ces sujets peuvent tout à fait transmettre le virus à leurs partenaires.

En cas de récidives, les boutons sont sur les muqueuses génitales et les fesses. Les symptômes sont beaucoup moins importants que lors de la première infection. Il peut toujours y avoir des sensations désagréables, des vésicules mais il n’y a pas de fièvre en général.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le traitement de l’herpès génital

Après un premier contact avec le virus de l’herpès, ce dernier reste dans l’organisme, quiescent. Les traitements en crème ou oraux ne peuvent pas l’atteindre.

Les médicaments existants permettent uniquement de traiter les symptômes lors des crises. Le traitement repose ainsi sur l’utilisation d’antiviraux par voie systémique, généralement par voie orale. Lors de la primo-infection, les antiviraux peuvent s’accompagner d’antalgiques pour soulager la douleur, d’antiseptiques pour limiter la surinfection. Il faudra réaliser une abstinence sexuelle. En cas de récidive les traitements oraux pourront être prescrits pour diminuer la poussée.

En cas de récidives nombreuses, (plus de 6 par an), le médecin peut décider d’administrer un traitement antiviral en continu en prévention. Une évaluation est ensuite réalisée tous les 6 à 12 mois pour déterminer s’il est nécessaire d’interrompre ou de continuer le traitement.

Les gestes à adopter

Certaines mesures sont indispensables dès la première infection ou lors des poussées récidivantes :

  • Consulter un médecin pour être pris en charge le plus tôt possible ;
  • Nettoyer soigneusement les lésions à l’eau et au savon ;
  • Bien sécher les lésions ;
  • Porter des vêtements en coton et amples ;
  • Boire beaucoup d’eau ;
  • Se laver les mains le plus souvent possible, notamment après contact avec les lésions ;
  • Éviter de partager le linge de toilette.

Enfin, lors des poussées, le préservatif ne protège pas complètement. Il est donc conseillé d’éviter les rapports sexuels le cas échéant.

542 dermatologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.