Angiocholite & lithiase de la voie biliaire principal

Concilio - Angiocholite & lithiase de la voie biliaire principal

Le saviez-vous ?

Dans la population générale 19,9% des personnes sont atteintes de maladies digestives chroniques. Cela correspond à plus de 2 millions de patients par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de gastro-entérologie.

Généralités

La lithiase de la voie biliaire principale correspond à la présence d’un calcul dans la voie biliaire principale. En cas de gros calcul obstructif, entravant l’écoulement de la bile, une infection du contenu de la voie biliaire principale peut survenir, c’est l’angiocholite. Celle-ci est souvent consécutive à des germes digestifs aérobies ou anaérobies.

Causes

La lithiase de la voie biliaire principale représente le plus souvent une complication de la lithiase vésiculaire. En effet des calculs de la vésicules biliaires sont expulsés dans la voie biliaire principal en passant par le canal cystique.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Facteurs de risque

Les facteurs favorisants la lithiase biliaire incluent :

  • La multiparité
  • Le sexe féminin
  • L’âge
  • Le surpoids (et les variations importantes de poids)
  • Le jeûne prolongé
  • L’hypertriglycéridémie et certains médicaments

Symptômes

L’angiocholite se traduit par une douleur vive et sans rémission de l’hypocondre droit, accompagnée de mouvements et de respiration, quelques vomissements ainsi qu’une poussée fébrile entre 38°C et 39°C. Le diagnostic démontre une défense de l’hypocondre droit, suivie d’une douleur à la manœuvre de Murphy, une inhibition à l’inspiration profonde, et dans les rares cas, une masse de l’hypocondre droit ou un sub-ictère.

Traitements

La prise en charge de l’angiocholite repose généralement sur les antibiotiques et sur une extraction des calculs par CPRE (cholangiopancreatographie rétrograde endoscopique). La CPRE permet sous anesthésie générale, en passant par les voies naturelles de vider la voie biliaire principale. La CPRE peut se compliquer d’une pancréatite aigue ou d’une hémorragie de la sphinctérotomie. Dans un second temps, l’intervention chirurgicale consiste en une cholécystectomie pour supprimer le producteur des calculs, la vésicule biliaire. La cholecystectomie est effectuée sous coelioscopie ou par voie ouverte classique.

Suites opératoires

Au bout de l’opération, le chirurgien effectue le contrôle de la vacuité des voies biliaires à travers une choliongraphie, c’est-à-dire une injection de produit de contraste dans le drain biliaire. Cet examen est réalisé au sixième jour après l’intervention. Le patient peut reprendre l’alimentation au 2e ou 3e jour tandis qu’un bilan biologique est recommandé au 5e ou 6e jour. Il a pour objectif de détecter l’absence d’anomalie hépatique et/ou pancréatique.

1005 gastro-entérologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.