Pancréatite chronique calcifiante : formation de calcifications dans les canaux du pancréas

Concilio - Pancréatite chronique calcifiante : formation de calcifications dans les canaux du pancréas

Le saviez-vous ?

Dans la population générale 19,9% des personnes sont atteintes de maladies digestives chroniques. Cela correspond à plus de 2 millions de patients par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de gastro-entérologie.

Causes

Le pancréas est l’organe qui produit le suc pancréatique indispensable à la digestion des aliments ainsi que de certaines hormones à l’instar de l’insuline. Caractérisée par la formation de calculs (calcifications) dans les canaux du pancréas, la pancréatite chronique calcifiante est généralement due à la consommation d’alcool (80 à 90 % des cas). Le risque de développer cette pathologie est présent même en cas de faibles consommations, dès lors qu’elles sont prolongées.

Les autres causes sont :

  • Génétiques
  • Auto-immunes (la présence d’anticorps dirigés contre le pancréas)
  • L’excès de calcium provoqué par une anomalie des glandes parathyroïdes par exemple

Symptômes

Il est fréquent que la personne atteinte de la pancréatite chronique calcifiante ressente une douleur située au milieu de la partie supérieure de son abdomen (comme une crampe). Cette douleur peut se répartir sur les côtés de l’abdomen ou dans le dos.

Si l’alcool, le tabac et l’alimentation peuvent déclencher ou aggraver les douleurs, la position en avant les soulage.

D’autres signes permettent également de reconnaître une pancréatite chronique :

  • L’insuffisance d’absorption des protéines et des graisses provoquée par la baisse de production des sucs digestifs pancréatiques entraîne une dénutrition avec perte de poids
  • Une diarrhée graisseuse à cause des lipides non digérés
  • Le diabète en cas d’altération des cellules productrices d’insuline
  • La jaunisse provoquée par la compression du cholédoque (canal drainant la bile) par le pancréas

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Complications

La pancréatite chronique évolue par phases :

  • Les poussées douloureuses
  • Des kystes pancréatiques susceptibles de comprimer les organes voisins, de s’infecter, de se rompre ou de saigner
  • La destruction du pancréas engendrant l’insuffisance pancréatique (diabète et stéatorrhée)
  • Le cancer du pancréas

Diagnostic

L’échographie, l’echo-endoscopie haute, la tomodensitométrie et l’IRM permettent de diagnostiquer le changement de volume du pancréas, les calcifications, les kystes ainsi que les modifications au niveau des canaux.

Traitement

Le traitement comprend :

  • L’arrêt complet et définitif de la consommation d’alcool pour empêcher la récidive des crises douloureuses et allonger la survie du patient
  • L’utilisation d’antidépresseurs et de médicaments antidouleur pour traiter les poussées douloureuses. En cas d’échec des médicaments, on peut procéder à l’injection de produit anesthésiant autour du pancréas, sous échographie ou scanner.

Dans les cas de malabsorption (insuffisance pancréatique exocrine), on recourt aux médicaments à base d’enzymes pancréatiques par voie orale.

En cas de diabète, il faudra avoir recours à des injections d’insuline quotidiennes.

Pour les kystes et les compressions des organes de voisinage (canaux biliaires, duodénum), des traitements par endoscopie ou radiologie sont effectués.

Un traitement chirurgical est nécessaire si les autres traitements ont échoué. Il consiste à traiter le rétrécissement des voies biliaires ou du tube digestif ou à enlever une partie du pancréas. On peut aussi mettre en place une prothèse pancréatique changée tous les 3 à 4 mois, car sujette à obstruction.

1005 gastro-entérologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.