Narcolepsie ou maladie de Gélineau

Le saviez-vous ?

En France, on copte 19% d’insomnie chronique dans la population générale et 30% de manière occasionnelle. Celle-ci est plus fréquente chez la femme et le sujet âgé.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la narcolepsie ?

La narcolepsie est un trouble rare défini par la somnolence et une augmentation significative du besoin de dormir. La personne atteinte se sent toujours fatiguée et s’endort involontairement à n’importe quel moment (à l’école, au travail, en voiture ou dans une file d’attente). Le narcoleptique souffre le plus souvent de troubles nocturnes du sommeil comme l’insomnie. Toutefois, la narcolepsie se caractérise souvent par un temps de sommeil excessif. De plus, le malade peut atteindre subitement le sommeil paradoxal, même en étant éveillé et en plein jour. Normalement, une personne ne parvient à ce stade qu’après environ une heure de sommeil.

Touchant les hommes comme les femmes, la narcolepsie apparaît généralement à l’adolescence et les symptômes surviennent un par un. Elle peut aussi se manifester dès l’enfance ou à l’âge adulte. À partir de 20 ans, les symptômes de la maladie ont tendance à apparaître simultanément. La narcolepsie a été décrite pour la première fois par le médecin français Jean-Baptiste Gélineau en 1880. Son nom vient des termes narkê (engourdissement ou somnolence) et lepsis (saisir ou prendre subitement). Le syndrome est également appelé maladie de Gélineau en hommage au médecin militaire.

Manifestations de la narcolepsie

La maladie provoque notamment des états de somnolence diurnes pouvant durer de quelques secondes à trente minutes. La maladie est souvent accompagnée de crises de cataplexie, une perte soudaine du tonus musculaire sans perte de conscience. Ce trouble est provoqué par un choc ou des émotions fortes (joie, colère, etc.). Les faiblesses musculaires constatées peuvent aller d’un relâchement à peine perceptible à l’effondrement total (abandon de la mâchoire, faiblesse des genoux, etc.). Durant ces crises, le malade présente des troubles de la vision et du langage, mais son ouïe reste opérationnelle.

L’affection touche environ une personne sur 2 000 en Europe et en Amérique du Nord.1 En dépit des crises de sommeil irrépressibles et répétées, ce syndrome chronique n’affecte pas l’espérance de vie du malade. De plus, aucune étude valide n’a pu associer cette affection à des lésions de tissus ou à une anomalie physique.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Etiologie de la narcolepsie

À ce jour, les facteurs provoquant ce trouble du sommeil d’origine neurobiologique restent encore inconnus. Anatomiquement, la narcolepsie est liée à une baisse significative de la concentration d’hypocrétine (ou orexine) dans le cerveau. Ce neurotransmetteur agit au niveau de l’hypothalamus pour garder l’individu dans un état d’éveil. La substance est presque indétectable dans le liquide céphalorachidien des narcoleptiques.

La véritable cause de cette anomalie reste toutefois un mystère. De nombreuses études convergent vers la piste de la maladie auto-immune, mais il n’existe aucun résultat concluant pour l’instant.

Prise en charge de la narcolepsie

Les narcoleptiques sont actuellement traités avec diverses substances comme les antidépresseurs ou les stimulants pour gérer leurs crises de sommeil. Ils doivent également être surveillés dans les situations délicates du quotidien (dans le bain, en traversant la rue, etc.) pour éviter les accidents liés à la somnolence.

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.