Nystagmus : mouvement involontaire des yeux

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que le nystagmus ?

Le nystagmus constitue un mouvement involontaire des globes oculaires. Il peut être normal et constituer une réponse spontanée de l’organisme face à un stimulus extérieur. C’est le cas lorsque l’on tente de suivre le défilement du paysage dans un train. Ce dysfonctionnement peut aussi être d’origine pathologique et provenir d’un déséquilibre entre les différentes structures assurant la stabilité de l’œil. Le nystagmus pathologique peut être constaté dès la naissance ou survenir plus tard à la suite d’une affection neurologique ou tumorale.

Le nystagmus physiologique dérive d’une activité réflexe complexe entre les six muscles oculomoteurs responsables de la mobilité et de la fixation des globes oculaires. Ceux-ci assurent notamment des fonctions vitales comme :

  • Garder l’œil immobile lorsqu’on ne fixe pas un objet en particulier

  • Orienter le regard vers un objet

  • Maintenir le regard sur cet objet afin d’obtenir une vision précise

Le nystagmus pathologique fait suite à une perturbation de la stabilité de l’œil due à :

  • Une lésion des centres de la coordination des mouvements oculaires (cervelet, tronc encéphalique, etc)

  • Une anomalie des structures ou de la myélinisation des voies optiques

  • Un trouble de la fonction rétinienne, conduisant à une altération de la fonction des cônes ou des bâtonnets

  • Un défaut d’installation de la vision binoculaire, avec ou sans strabisme

  • Une intoxication médicamenteuse

  • Un déficit en thiamine

Le nystagmus congénital est réparti en deux groupes :

  • Le nystagmus congénital idiopathique ou à part entière, dont la cause reste inconnue

  • Le nystagmus secondaire à d’autres maladies congénitales comme la maladie de Pelizaeus-Merzbacher, l’albinisme, le syndrome de Noonan, l’achromatopsie, l’amaurose congénitale de Leber

Signes du nystagmus

Lors des crises, l’acuité visuelle devient pauvre et la perception visuelle est entravée. Ce dysfonctionnement oculaire est souvent invalidant dans la mesure où il prive les personnes atteintes de certaines activités comme le sport, la conduite de voiture, etc.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Prise en charge du nystagmus

Le traitement du nystagmus consiste en une opération des muscles des yeux dite « du nystagmus ». Pour pallier le dysfonctionnement oculaire, les spécialistes agissent sur les muscles de l’œil de façon à déplacer le regard dans la position où le nystagmus est moins important. L’intervention se fait généralement sous anesthésie générale. Elle vise à positionner les yeux sur « la position du blocage » en vue de stabiliser le regard du patient. Bien que la chirurgie soit possible pour tous les types de nystagmus, elle n’est pas systématiquement recommandée, mais indiquée dans des cas bien sélectionnés. En fonction des résultats du diagnostic, de nombreuses interventions chirurgicales peuvent être effectuées en vue d’obtenir un résultat satisfaisant. Néanmoins, elles n’écartent pas le port de lunettes en cas de nécessité.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.