Ptosis

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que le ptosis ?

Le ptosis est une chute de la paupière supérieure due à un déficit de contraction du muscle releveur de la paupière. Il peut être uni- ou bilatéral selon qu’il atteint un œil ou les deux. Si cette pathologie est parfois constatée à la naissance, elle peut également apparaître suite à un accident ou être le signe naturel du vieillissement.

Le ptosis peut être classé en 3 catégories : léger, modéré ou important. Souvent bénin, ce dysfonctionnement peut néanmoins entraver la qualité de vie du patient dans la mesure où l’abaissement vient cacher sa pupille.

Causes

Le ptosis, ou blépharoptose, est lié à deux principales étiologies :

  • Congénitale : présent à la naissance, le ptosis congénital représente 75% des cas.

  • Acquise, découlant de plusieurs facteurs comme :

    • Le vieillissement

    • Un traumatisme

    • Une opération chirurgicale des yeux

    • Le syndrome de Claude Bernard-Horner

    • La myasthénie, déficience neuromusculaire

    • Une paralysie du nerf moteur oculaire commun

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Diagnostic du ptosis

Visible à l’œil nu, le ptosis ne présente ni irritation, ni traces. Toutefois, l’électromyographie est nécessaire pour apprécier les capacités du muscle releveur. Cette étape est importante afin de vérifier l’exophtalmie, l’acuité visuelle, la sécrétion lacrymale ou les anomalies oculomotrices associées. Lors du diagnostic, des signes comme le strabisme, la dilatation ou le rétrécissement de la pupille sont recherchés en vue de définir la cause de ce dysfonctionnement oculaire.

Des examens complémentaires sont nécessaires parfois pour confirmer le diagnostic :

  • Un bilan général

  • Un test thérapeutique aux anticholinestérasiques (cas sélectionnés)

  • Le dosage des anticorps antirécepteurs de l’acétylcholine (cas sélectionnés)

Prise en charge

Une fois l’étiologie déterminée, le traitement principal repose sur une intervention chirurgicale si à l’origine de la ptose il n’y a pas une maladie neurologique ou métabolique.

Il existe trois types d’interventions :

  • La chirurgie du muscle releveur de la paupière supérieure

Elle consiste à raccrocher la paupière supérieure au muscle à travers deux techniques principales. La première agit par troncature (raccourcissement) ou plicature (pliage) du muscle révélateur. Il s’agit ensuite de relier la paupière supérieure à ce muscle. La deuxième technique agit par suspension de la paupière aux muscles frontaux.

  • La résection conjonctivo-Mullérienne à la face profonde de la paupière supérieure

  • La suspension de la paupière au muscle frontal

Cette opération est effectuée soit à l’aide d’une bandelette prélevée sur la cuisse ou dans le cuir chevelu de l’enfant, soit à l’aide d’une bandelette synthétique.

Un ptosis congénital qui cache partiellement ou totalement la pupille d’un enfant fait l’objet d’une chirurgie immédiate afin d’éviter la diminution de l’acuité visuelle. Toutefois, si le dysfonctionnement oculaire n’entrave pas sa fonction visuelle, il est préférable d’attendre que le patient ait au moins 4 ans.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.