Torticolis spasmodique ou dystonie cervicale

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que le torticolis spasmodique ?

Le torticolis spasmodique, une dystonie focale, se manifeste par des contractions involontaires des muscles du cou. Selon les muscles touchés, la tête peut se pencher vers l’avant, vers l’arrière, sur le côté ou en rotation. Les contractions peuvent toucher d’autres muscles : mâchoires, paupières… Les manifestations peuvent être intermittentes ou permanentes. La maladie commence en général de manière insidieuse et n’occasionne pas de gêne. Le torticolis spasmodique touche environ 1 personne sur 10 000 par an. Il survient en général entre 30 et 60 ans.

Signes et symptômes

Le torticolis spasmodique commence par une raideur au niveau du cou. La tête se penche ensuite sur le côté, vers l’avant ou vers l’arrière. Il arrive que le torticolis se manifeste par un tremblement de la tête. Le patient peut redresser sa tête avec sa main. Le torticolis spasmodique peut être douloureux.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Diagnostic du torticolis spasmodique

Plusieurs examens sont effectués pour détecter des anomalies pouvant causer les contractions : radiographies, IRM et scanner. L’électromyographie permet de détecter l’activité musculaire abnormale. Cet examen montre entre autres l’impossibilité pour le patient de se relâcher pendant la contraction musculaire.

Prise en charge du torticolis spasmodique

Le traitement de référence de la dystonie cervicale consiste en des injections de toxine botulique au niveau des muscles concernés par les contractions. La toxine botulique entraîne la paralysie des muscles et stoppe ainsi les contractions involontaires. Les injections doivent être renouvelées tous les deux à trois mois.

Il n’existe aucun médicament spécifique à la dystonie cervicale, mais le recours à certains médicaments peut soulager les symptômes : les benzodiazépines, les antidouleurs, les antiépileptiques et les myorelaxants.

La kinésithérapie est essentielle dans le traitement du torticolis spasmodique. Elle prévient la raideur et permet de récupérer l’axe naturel de la rotation de la tête. Des exercices quotidiens sont alors effectués pour solliciter les muscles et corriger leur posture. L’aménagement de l’environnement du patient permet également de corriger les postures (ex : dans le cas d’une dystonie cervicale gauche, le fait de placer la télévision plus à droite oblige le patient à faire travailler le côté droit de son cou.)

La réflexothérapie peut être utilisée pour favoriser la détente des muscles du cou. On procède alors à un massage à la base du gros orteil, sous la plante des pieds et sur son côté interne.

En outre, le patient doit prendre conscience de certains facteurs qui déclenchent les contractions et les éviter : marche, écriture, conduite… À savoir également que la dystonie cervicale est exacerbée par le stress, l’anxiété et la fatigue.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.