Fracture de la hanche

Concilio - Fracture de la hanche

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que la fracture de la hanche ?

La fracture de la hanche correspond à l’ensemble des fractures touchant l’os iliaque au niveau du bassin et la tête du fémur. Chez les patients de moins de 50 ans, elle survient généralement à la suite d’un choc d’une extrême violence (accident de la route, pratique d’un sport de contact, etc.). Chez les personnes âgées, la fracture de la hanche résulte d’une chute dans 95% des cas.

Symptômes et diagnostic

Voici les principaux signes traduisant une fracture de la hanche :

  • Douleur intense au niveau de la hanche ou de l’aine immédiatement après un choc,

  • Apparition d’œdème ou d’ecchymose sur le site de la fracture,

  • Attitude vicieuse du membre en rotation externe et raccourcissement

  • Incapacité à se relever du sol.

En cas de fracture de la hanche, la palpation et la mobilisation provoquent de la douleur. En général, les douleurs, l’impotence fonctionnelle et la déformation de la cuisse permettent au médecin généraliste d’établir un diagnostic. Une radiographie de la hanche de face et de profil est cependant nécessaire pour déterminer le traitement chirurgical le plus adapté. Par ailleurs, une IRM ou un scanner peut aussi être effectué(e) pour compléter l’examen clinique.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Facteurs de risque

L’ostéoporose constitue l’un des facteurs de risque majeurs de fracture de la hanche. Ne présentant pas de symptômes particuliers, cette maladie occasionne la perte de la masse osseuse du col du fémur et sa fragilité. L’abus d’alcool, l’usage de psychotropes, le tabagisme, la maigreur, les troubles de la vision, etc. sont également des facteurs de risque importants. En outre, les pathologies survenant avec l’âge favorisent les chutes, notamment :

  • Les déficiences visuelles, auditives, etc.,

  • La faiblesse musculaire, les problèmes d’équilibre et les diverses maladies portant atteinte à la mobilité (maladie de Parkinson, AVC, pathologies neurocognitives, etc.).

Traitement

En général, une fracture de la hanche requiert une intervention chirurgicale. Idéalement, celle-ci doit être réalisée dans les 24 heures suivant le diagnostic. Certaines fractures non déplacées peuvent cependant être prises en charge sans intervention, moyennant un alitement strict. Il existe plusieurs types de techniques chirurgicales dont le choix dépendra de certains facteurs à l’instar du type de fracture, de l’âge du patient et de son état de santé général ainsi que de son activité, de l’importance de l’ostéoporose, etc.

  • La prothèse de hanche : recommandée pour les patients âgés, cette technique limite la durée de l’alitement et permet au patient de récupérer plus rapidement ;

  • Les vis, clous et plaques : ces appareillages sont indiqués pour les patients jeunes.

Quelle que soit la technique choisie, une rééducation doit être rapidement mise en œuvre après l’intervention.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.