Ostéotomie tibiale

Concilio - Ostéotomie tibiale

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que l'ostéotomie tibiale ?

L’ostéotomie a pour objectif de traiter, de façon symptomatique, les affections arthrosiques développées sur le compartiment interne du genou. On parle d’arthrose fémoro-tibiale interne lorsque les atteintes sont localisées sur le compartiment interne. C’est le cas le plus courant. L’intervention chirurgicale vise à soulager la douleur persistant dans la partie lésée et à remettre en charge celle moins atteinte.

L’intervention

Face à l’échec de l’ensemble des traitements médicamenteux de l’arthrose, notamment les anti-inflammatoires, les antalgiques ou les infiltrations de corticoïdes et visco-supplémentation (acide hyaluronique), la chirurgie reste la dernière option de prise en charge.

L’intervention chirurgicale s’effectue au bloc opératoire, sous anesthésie générale, suivie d’un bloc anesthésique fémoral ou sous rachi-anesthésie. Le spécialiste procède à une petite incision longitudinale dans la face interne et supérieure du tibia, à raison de 6 à 8 cm.

En vue d’ajuster l’axe inadapté du tibia en varus, l’on procède à une coupe osseuse du tibia à la scie et au ciseau à frapper. Les tissus musculaires et vasculo-nerveux en arrière du genou sont préalablement protégés. Cette fente ouvre un passage à la zone d’ostéotomie jusqu’à la correction souhaitée. Au terme de cette intervention, le résultat obtenu est maintenu par une plaque fixée par des vis de part et d’autre de la région d’ostéotomie. L’incision est soigneusement refermée avec ou sans drain et recouverte d’un pansement légèrement compressif.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Après l’intervention

À la sortie de la clinique, l’appui est formellement interdit au cours des 45 jours qui suivent l’intervention chirurgicale. Sa reprise est autorisée à la consultation de contrôle auprès du chirurgien après une radiographie de contrôle.

Pour soulager la douleur, le patient est tenu de poursuivre la prise d’antalgiques associée à la cryothérapie, c’est-à-dire le glaçage du genou à raison de 4 à 5 fois par jour. Quant aux bas de contention, ils doivent être portés pendant 4 à 6 semaines.

La rééducation est essentielle en vue de redonner au sujet des mobilités articulaires normales et une marche normale.

Les risques opératoires

Bien que l’intervention ne soit pas délicate, des risques spécifiques sont néanmoins à prendre en compte :

  • Une fracture du plateau tibial, notamment lors de la manœuvre d’ouverture de la zone d’ostéotomie

  • Un retard de consolidation ou une pseudarthrose, c’est-à-dire une complication dans la zone anatomique

  • La survenue d’une infection de l’articulation du genou, un phénomène assez rare

  • Une phlébite qui se traduit par des douleurs du mollet suivies d’un gonflement de la cheville

  • Un hématome du site opératoire

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.