Rupture du tendon d’Achille

Concilio - Rupture du tendon d’Achille

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

À propos du tendon d’Achille

Appelé aussi tendon calcanéen, le tendon d’Achille est une lame fibreuse très épaisse. Il s’agit du plus grand et du plus résistant tendon du corps humain. Reliant le calcanéum aux muscles situés à l’arrière du mollet, le tendon d’Achille est indispensable pour marcher, courir ou sauter. Il peut se rompre, provoquant une incapacité à la marche. Cette blessure affectant le dos de la jambe survient généralement chez des personnes d’âge mur pratiquant une activité sportive. Elle peut être totale ou partielle.

Symptômes et diagnostic

La rupture du tendon d’Achille se manifeste généralement par :

  • De vives douleurs et un œdème dans le dos de la jambe,

  • Une diminution de la force musculaire de l’arrière de la jambe,

  • L’incapacité à se tenir sur la pointe des pieds,

  • La marche impossible.

Le diagnostic d’une rupture du tendon d’Achille s’effectue rapidement lors d’un examen clinique. Il consiste à chercher une déhiscence sur le trajet du tendon. Lors de la palpation des muscles du mollet, on ne constate aucun mouvement de la cheville. Une IRM ou une échographie peut être réalisée pour confirmer le diagnostic et préciser le niveau de la déchirure ainsi que la taille de la rupture, mais le diagnostic reste clinique.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement

La prise en charge d’une rupture du tendon d’Achille est essentielle pour éviter la rétraction des extrémités tendineuses. Il existe deux solutions pour réparer le tendon d’Achille : le traitement orthopédique et le traitement chirurgical.

  • Le traitement orthopédique ou non-opératoire

Il existe de nombreux protocoles en matière de traitement orthopédique d’une rupture du tendon d’Achille. Souvent, la technique de réparation fait appel à l’immobilisation de la cheville dans une botte plâtrée sans immobilisation du genou. L’avantage principal de ce type de traitement réside dans l’absence de risques liés à l’anesthésie et à l’intervention, notamment les risques de nécrose cutanée.

  • Le traitement chirurgical

Si le traitement de la rupture du tendon d’Achille a recours à la chirurgie, deux techniques sont possibles :

  • La technique percutanée : elle consiste à introduire un fil de fer à travers la peau afin d’affronter les deux extrémités tendineuses. Cette opération nécessite une immobilisation secondaire.

La technique « à ciel ouvert » : il s’agit d’aborder le tendon rompu par une incision cutanée et de suturer les différentes extrémités tendineuses. Dans ce cas-ci, une immobilisation est également nécessaire.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.