Épilepsie

Les types de crises d’épilepsie

« Épilepsie » est un terme issu du grec ancien signifiant étymologiquement « prendre par surprise ». Depuis 2005, elle est définie par la ligue internationale contre l’épilepsie (ILAE) comme la prédisposition cérébrale à générer des crises épileptiques dites « non provoquées ». Il s’agit d’une affection neurologique se traduisant par la répétition de crises dues à un dérèglement soudain et transitoire de l’activité électrique du cerveau. L’épilepsie donne lieu à 2 types de crises : les crises partielles et les crises généralisées. Les crises partielles peuvent être simples ou complexes. Lorsqu’elle est simple, la crise partielle ne modifie pas l’état de conscience et permet à la personne concernée d’en garder le souvenir. La crise partielle complexe, quant à elle, implique une altération ou une perte totale de la conscience. En ce qui concerne les crises généralisées, il en existe plusieurs types : les absences, les crises tonico-cloniques, les crises toniques, les crises atoniques, les myoclonies et les clonies.

Les causes de l’épilepsie

Avec la migraine, l’épilepsie est l’un des principaux motifs de consultation d’un neurologue. Le plus souvent, les origines des crises d’épilepsie ne sont pas identifiées. On parle de crises « idiopathiques ». Dans certains cas cependant, il est possible de leur attribuer une cause précise telle qu’une malformation cérébrale, une infection du système nerveux ou une maladie systémique. Les crises d’épilepsie sont alors dites « symptomatiques ».

Voici un point sur les principales formes d’épilepsie: