Conflit sous acromial de l’épaule

Définition

Le conflit sous acromial de l’épaule est l’irritation ou la rupture partielle des tendons de la coiffe des rotateurs engendrée par le frottement de ceux-ci sous l’acromion, suite à des gestes de la vie quotidienne. Ce dysfonctionnement se manifeste par des douleurs intensives, notamment au cours de l’élévation du bras sur le côté, au-dessus de l’horizontale. Cette contrainte limite la capacité à effectuer toute tâche répétée dans cette position, voire le fait de se mettre sur le côté pour dormir.

Étiologies

Les facteurs de risque du conflit sous acromial de l’épaule sont divers :

  • Le rétrécissement anatomique de l’espace de glissement des tendons sous l’acromion suite à l’existence d’un acromion courbe ou le développement d’un phénomène d’arthrose suivi de l’apparition de bec osseux ou ostéophyte.
  • Un traumatisme faisant suite à une rupture partielle des tendons
  • La réalisation de gestes répétitifs au cours d’une activité sportive, d’une tâche à la chaine ou de mouvements de bricolage répétitifs.

Non traité, ce conflit évolue vers l’augmentation des douleurs, puis la rupture complète des tendons.

Diagnostic

Le diagnostic fait appel à un examen au cours duquel le praticien procède par interrogatoire et par la réalisation de manœuvres sur l’épaule. Des examens complémentaires comme la radiographie, le scanner ou l’IRM viennent conforter le résultat antérieur.

Traitement

Dans sa forme primitive, c’est-à-dire prise en charge de façon précoce, un traitement médical est généralement suffisant pour soulager les symptômes douloureux. À cela s’ajoutent une mise au repos, une rééducation régulière de quelques semaines et, si besoin, des infiltrations intra articulaires à base de dérivé de cortisone.

L’intervention chirurgicale est réalisée en cas d’échec du traitement médical. Elle a pour objectif d’éliminer mécaniquement les zones de conflit avec le tendon et d’effectuer un nettoyage ainsi qu’une extraction des tissus inflammatoires. L’opération dure 2 heures, sous anesthésie générale, le bras entièrement immobilisé à l’aide d’une écharpe. La chirurgie consiste à réaliser 2 à 3 incisions d’environ 1 cm permettant l’introduction d’un système de caméra et d’instruments miniaturisés. Une fois l’exploration complète de l’articulation, l’excision de l’ensemble des tissus inflammatoires et le lavage réalisés, l’ablation à la fraise rotative des becs osseux suivie d’une diminution de l’épaisseur de l’acromion sont effectuées en vue d’offrir un espace de glissement suffisant avec moins de frottement au niveau des tendons de la coiffe des rotateurs. Toutes les incisions opérées sont refermées soigneusement à l’aide d’un fil résorbable. Une immobilisation coude au corps est ensuite réalisée 10 à 15 jours, avec quelques séances de kinésithérapie complémentaires. Le port de charges lourdes est contre indiqué pendant 1 mois.