Péricardite récurrente idiopathique

Le saviez-vous ?

Les maladies cardio-vasculaires sont la 1ère cause de mortalité chez les femmes.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de cardiologie.

Qu'est-ce que la péricardite récurrente idiopathique ?

La péricardite récurrente idiopathique se manifeste par un épanchement péricardique ou la récidive de la douleur après la rémission d’un premier épisode. De par la notion d’intervalle, il est possible de faire la différence entre la péricardite récidivante et la péricardite chronique à travers deux situations de récurrence :

  • La forme intermittente dans laquelle l’intervalle libre après l’arrêt des traitements est supérieur à 6 semaines ;

  • La forme persistante caractérisée par une récidive, dont l’intervalle après l’arrêt des traitements est inférieur à 6 semaines.

Épidémiologie

La fréquence de la péricardite récidivante est variable suivant les séries. Cette forme concerne 8 à 50 % de l’ensemble des péricardites. Étant donné la complexité des traitements initiaux, la comparaison des anciennes séries entre elles reste délicate.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Origine

La cause la plus courante concerne la récidive d’une péricardite aiguë bénigne ou virale. Le mécanisme auto-immun est en outre incriminé, notamment dans le cas de certaines péricardites récurrentes, secondaires à des infections bactériennes systémiques, et ce, en l’absence d’infection péricardique. D’autres étiologies sont également rapportées comme l’infarctus du myocarde, la chirurgie cardiaque, les traumatismes thoraciques et la radiothérapie.

Description clinique

Le tableau clinique présente des similitudes avec l’épisode initial avec toutefois des poussées moins sévères en raison de la récurrence. L’examen clinique révèle néanmoins des anomalies électriques, un frottement péricardique ou un épanchement échographique. Une fièvre ou une fébricule est assez courante. Pendant la biologie, un syndrome inflammatoire et une hyperleucocytose à polynucléaires neutrophiles sont souvent retrouvés.

Diagnostic

Les patients peuvent ne présenter qu’une simple douleur thoracique compliquant le diagnostic en l’absence de marqueurs biologiques. Par conséquent, le cas est posé seulement lorsque ces deux critères sont présents. Il s’agit notamment d’une douleur thoracique récidivante associée à au moins une de ces anomalies : épanchement péricardique à l’échographie, frottement péricardique, syndrome inflammatoire biologique ou anomalies électriques compatibles.

Prise en charge

Le traitement de péricardite récurrente idiopathique se fait en deux temps : la prise en charge de la poussée et la prévention de la récidive.

Le traitement de la poussée reprend les mêmes principes que celui d’un premier épisode de péricardite aiguë. Ainsi, il est possible de prescrire de l’aspirine et un anti-inflammatoire non stéroïdien comme l’ibuprofène. Ils peuvent être combinés avec des antalgiques comme le paracétamol.

Par ailleurs, il est important d’intégrer la prévention de la récidive dès le départ. Le principal médicament utilisé est la colchicine. Les corticoïdes sont également utilisés en cas de poussées. Les immunosuppresseurs sont en outre recommandés et incluent l’azathioprine, le cyclophosphamide, la ciclosporine et le méthotrexate.

Sources

  1. Risques cardiovasculaires chez les femmes. Fédération Française de Cardiologie
    https://www.fedecardio.org/La-Federation-Francaise-de-Cardiologie/Nos-combats/le-risque-cardio-vasculaire-chez-les-femmes
  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1512 cardiologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio