Syndrome de Wolf-Parkinson-White (WPW)

Le saviez-vous ?

Les maladies cardio-vasculaires sont la 1ère cause de mortalité chez les femmes.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de cardiologie.

Qu’est-ce que le syndrome de Wolf-Parkinson-White ?

Le syndrome de Wolf-Parkinson-White correspond à une anomalie de la conduction électrique à l’intérieur du cœur, en raison de la présence d’une voie accessoire entre l’oreillette et le ventricule.

Les causes

Le syndrome de Wolf-Parkinson-White est généralement secondaire à une voie supplémentaire d’excitation cardiaque ou faisceau de Kent. Celle-ci conduit à la préexcitation cardiaque et l’emballement de la fréquence cardiaque. Si l’origine de cette voie dite accessoire est inconnue, certains gènes sont néanmoins retenus.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Les manifestations

Le syndrome de Wolf-Parkinson-White est souvent asymptomatique et n’est décelé qu’à l’occasion d’un électrocardiogramme. Toutefois, certains sujets peuvent présenter des crises de tachycardie avec des palpitations, des étourdissements, des évanouissements, des douleurs thoraciques ainsi que des difficultés à respirer.

Le diagnostic

Le diagnostic du syndrome de Wolf-Parkinson-White repose sur la réalisation d’un électrocardiogramme sur lequel l’on voit apparaître une onde supplémentaire ou « onde delta », signe caractéristique du syndrome. D’autre part, un test d’effort vise à confirmer les résultats et à présager du caractère malin ou bénin de l’affection.

D’autres tests viennent compléter le diagnostic :

  • La radiographie pulmonaire et l’échocardiogramme ont pour objectif de déceler les éventuelles modifications au niveau du cœur.

  • L’étude électrophysiologique consiste à cartographier le système de conduction électrique du cœur grâce à l’introduction d’une série de câbles. Elle permet de déterminer le type d’arythmie et sa cause. Cette analyse est recommandée chez les sujets présentant des signes avant l’aboutissement de la prise en charge par ablation. Au cours de ce traitement, la voie anormale à l’origine de la pathologie peut être détruite par radiofréquence identifiée.

Les traitements

  • La pharmacothérapie
    Si la prise en charge du syndrome de Wolf-Parkinson-White repose sur la chirurgie, des médicaments peuvent être prescrits dans le cas d’une arythmie. À cet effet, les personnes ne pouvant pas être opérées sont traitées à base d’antiarythmiques. Néanmoins, de nombreux médicaments sont à proscrire en raison de leur risque à faire « flamber »  la voie accessoire.

  • L’ablation par cathéter
    L’ablation par cathéter reste la technique la plus courante. Elle se traduit par la localisation de l’emplacement de la voie accessoire lors d’une étude électrophysiologique. Celle-ci est efficace dans 90% des cas avec toutefois des risques de complications et de récidives. L’opération est surtout recommandée aux patients à risque de mort subite.

  • La chirurgie d’ablation
    En cas d’échec de l’ablation par cathéter, la chirurgie d’ablation s’impose. L’intervention dure quelques jours et sous anesthésie légère. Celle-ci consiste à détruire le tissu cardiaque lésé par un courant électrique de faible tension, mais de haute fréquence. À l’issue de cette étape, la voie accessoire est enlevée à l’aide d’un cathéter.

Sources

  1. Risques cardiovasculaires chez les femmes. Fédération Française de Cardiologie
    https://www.fedecardio.org/La-Federation-Francaise-de-Cardiologie/Nos-combats/le-risque-cardio-vasculaire-chez-les-femmes
  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1512 cardiologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio