Cholestase gravidique ou intrahépatique de la grossesse

Concilio - Cholestase gravidique ou intrahépatique de la grossesse

Le saviez-vous ?

En France, la cholestase gravidique touche 0,5 à 0,8% des grossesses.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Généralités

La cholestase gravidique est une maladie du foie propre à la femme enceinte se manifestant en général au troisième trimestre de la grossesse. Elle est le plus souvent anodine pour la mère, mais peut être dangereuse pour le fœtus. Vers la fin de la grossesse, la personne atteinte commence par présenter des prurits (démangeaisons très graves) dans la paume des mains ou sur la plante des pieds. Ces démangeaisons ont tendance à s’aggraver avec le temps et peuvent devenir généralisées. Généralement, une cholestase se caractérise par un problème hépatique altérant la capacité de l’organe à excréter de la bille. L’apparition des prurits est ainsi due aux dépôts de sels biliaires sur la peau.

Cholestase de la grossesse

Dans le cas de la cholestase gravidique, la production et le débit de bile au niveau de la vésicule biliaire sont affectés par le taux d’hormones de grossesse présente dans l’organisme de la patiente. De ce fait, les principaux symptômes de la pathologie apparaissent au cours du dernier trimestre lorsque le taux d’hormones de la femme enceinte atteint son pic. Ces manifestations disparaissent progressivement quelques jours après l’accouchement. Sa prévalence en France est d’environ 1 grossesse sur 1 000.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Causes et facteurs de risque

La cholestase gravidique est entre autres liée à des facteurs génétiques et environnementaux. Les personnes affectées présentent en général des prédispositions génétiques se manifestant par un foie plus fragile. Cette anomalie latente se révèle lorsque l’organisme du sujet est exposé aux variations hormonales durant la grossesse. Par ailleurs, la pathologie survient assez souvent en cas de grossesses issues d’une procréation médicalement assistée et de grossesses gémellaires. Ce phénomène s’explique par le taux particulièrement élevé d’hormones dans ces cas spécifiques.

La fréquence de la maladie varie de manière significative au niveau mondial. Ainsi, le Chili recense le plus de personnes affectées (environ 10 % des grossesses) avec une forte prévalence au sein de la population issue des Indiens Araucanian. Toutefois, une légère diminution de ce taux a pu être constatée ces dernières années. Cette baisse est souvent attribuée aux variations des facteurs environnementaux en Amérique du Sud. Le nombre de cas diagnostiqués a par ailleurs tendance à augmenter durant la période hivernale, surtout en Suède et en Finlande. De ce fait, ces résultats laissent à supposer l’existence d’un lien entre les conditions environnementales (englobant les facteurs climatiques, écologiques, alimentaires, etc.) et l’apparition de la pathologie.

Traitement

Pour l’instant, il n’existe aucun traitement curatif pour la cholestase gravidique. Cependant, différents traitements symptomatiques permettent de soulager la mère des manifestations de la maladie et de limiter les risques pour le fœtus. Les médecins prescrivent le plus souvent des médicaments à base d’acide ursodesoxycholique pour équilibrer les paramètres biologiques et un traitement anti-histaminique permettant de réduire les démangeaisons. Une fois le diagnostic confirmé, la patiente et le fœtus doivent être étroitement surveillés et l’accouchement peut être provoqué avant le terme dans le dernier mois en cas de forme grave.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.