L’akathisie, un besoin impérieux de bouger

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que l'akathisie ?

L’akathisie désigne des plaintes subjectives d’impatience se manifestant par l’un de ces mouvements :

  • Incapacité à rester assis ou debout pendant quelques minutes sans bouger

  • Mouvement d’impatience ou de balancement des jambes en position assise

  • Piétinement en position debout ou balancement d’un pied sur l’autre

  • Besoin de marcher pour soulager l’impatience

Manifestations de l'akathisie

L’incapacité du patient à rester dans n’importe quelle position plus de quelques secondes constitue la forme la plus sévère d’akathisie. Les plaintes subjectives se traduisent par une sensation d’agitation intérieure, notamment dans les jambes. Elles s’apparentent à une compulsion à remuer les jambes, conduisant souvent à la dysphorie et à l’anxiété.

Ce besoin impérieux de bouger peut être le symptôme de maladies psychiatriques sous-jacentes. Il peut être associé à de l’irritabilité, à de l’agressivité, voire à des tentatives de suicide donnant lieu à un traitement neuroleptique, majorant ainsi les symptômes de l’akathisie. Pour écarter d’autres pathologies similaires, les critères recherchés dans le cadre de l’akathisie sont les suivants :

  • Apparition de plaintes subjectives d’impatience suite à un traitement neuroleptique.

  • Présentation de l’un des mouvements cités antérieurement.

  • Apparition des symptômes 4 semaines après le début ou l’augmentation des doses des neuroleptiques.

  • Les plaintes subjectives ne proviennent pas de troubles mentaux tels que l’agitation d’un épisode dépressif majeur ou d’un épisode maniaque, la schizophrénie, le sevrage à une substance ou l’hyperactivité liée à un déficit de l’attention.

  • Les plaintes subjectives ne sont pas secondaires à une affection neurologique, à une substance non neuroleptique ou à une autre affection médicale généralisée.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Diagnostic

L’akathisie est également à différencier du syndrome des jambes sans repos à travers des critères comme :

  • Absence d’exposition aux neuroleptiques

  • Sensibilité à d’autres traitements

  • Antécédents familiaux

  • Aggravation vespérale et nocturne

  • Troubles du sommeil

  • Myoclonie, c’est-à-dire mouvements involontaires et brusques des jambes

  • Présence de symptômes sensoriels associés

  • Symptômes fréquemment limités aux membres inférieurs

Traitement de l'akathisie

S’il n’existe pas encore de traitement en faveur de l’akathisie, l’arrêt définitif des neuroleptiques semble réduire l’apparition des crises. Ces médicaments peuvent être remplacés par d’autres selon le diagnostic du médecin. En cas d’impossibilité d’interrompre le traitement, le spécialiste peut envisager le recours à certaines molécules à effet correcteur à savoir les bêta-bloquants tels que le propranolol ou encore les benzodiazépines comme le lorazepam et les anticholinergiques.

Que ce soient les nouveaux ou les anciens, tous les neuroleptiques semblent provoquer des crises d’akathisie. Cependant, les symptômes peuvent varier d’un patient à un autre.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.