Dyskinésie tardive : un trouble du mouvement

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que la dyskinésie tardive ?

La dyskinésie tardive est un effet secondaire fréquent et invalidant induit par des médicaments neuroleptiques ou, chez les enfants, par des médicaments contre les troubles gastro-intestinaux. Elle se manifeste par des mouvements involontaires répétitifs, saccadés ou non. Les symptômes peuvent durer toute une journée, mais disparaissent souvent lors du sommeil ou d’un mouvement en particulier. Ces contractions impliquent généralement les muscles de la bouche, incluant les joues et la langue, au cours desquelles le sujet atteint semble constamment mâcher et avaler. La dyskinésie tardive peut aussi affecter les muscles du tronc, des bras ou des jambes.

Symptômes de la dyskinésie tardive

Lors d’une crise de dyskinésie tardive, les signes suivants peuvent apparaitre :

  • Mouvements du doigt

  • Chewing répétitif

  • Déplacement de la mâchoire

  • Affectation du visage

Si ces symptômes sont embarrassants au quotidien, la qualité de vie des personnes atteintes peut être affectée. Considérées comme bizarres, ces dernières recherchent souvent le contact social.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Causes de la dyskinésie tardive

Ces mouvements atypiques sont provoqués par des médicaments antipsychotiques tels que :

  • Chlorpromazine

  • Trifluoperazine

  • Halopéridol

  • Fluphénazine

Des médicaments similaires aux antipsychotiques sont également pointés du doigt :

  • Métoclopramide

  • Prochlorperazine

  • Flunarizine (Sibelium)

Les crises apparaissent notamment après une prise prolongée de ces médicaments neuroleptiques. 20 à 40% des sujets traités en sont affectés. 10% contractent une forme sévère tandis que 50% manifestent seulement des troubles légers.

Divers facteurs tendent à aggraver les symptômes de la dyskinésie tardive :

  • Les stimulants

  • L’arrêt des neuroleptiques

  • Les médicaments anticholinergiques

  • Les émotions

Les symptômes de la dyskinésie tardive disparaissent progressivement après une relaxation et un mouvement volontaire des parties affectées.

La dyskinésie tardive est à différencier des pathologies comme :

  • La Chorée de Sydenham

  • Les dyskinésies spontanées

  • La maladie de Wilson

  • La maladie de Huntington

  • Le lupus érythémateux disséminé

  • La thyréotoxicose

  • L’empoisonnement par les métaux lourds

  • La dyskinésie due à d’autres médicaments comme la bromocriptine, la L-Dopa ou l’amantadine

Prise en charge de la dyskinésie tardive

En guise de traitement préventif, le médecin recommande une interruption totale de la prise des neuroleptiques, notamment aux personnes exposées au risque. Pour les sujets atteints, une diminution du traitement par les neuroleptiques est nécessaire. Néanmoins, les recherches actuelles mettent en avant l’existence d’un traitement neuroleptique nouvelle génération induisant moins d’effets indésirables.

Si la dyskinésie tardive peut, dans de rares cas, se résorber d’elle-même, son traitement est souvent difficile. En effet, les médicaments prescrits pour apaiser les tremblements momentanés sont inefficaces vis-à-vis des symptômes observés.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.