Syndrome de Melas

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que le syndrome de Melas ?

Le syndrome de Melas est une affection mitochondriale présente depuis l’enfance et se traduit par un syndrome neurologique. Le terme « MELAS » renvoie à une abréviation de l’anglais « mitochondrial encephalopathy with lactic acidosis and stroke-like episodes », signifiant encéphalopathie mitrochondriale, acidose lactique et épisodes déficitaires neurologiques. Sa prévalence exacte reste inconnue.

Étiologie

Le syndrome est secondaire à des mutations de l’ADN mitochondrial. À ce titre, 10 mutations différentes ont été enregistrées et 80% des sujets présentent la mutation 3243A>G dans le gène de l’ARN de transfert de la leucine. Cette transformation constitue la mutation MELAS. Cliniquement, l’affection touche plusieurs organes, notamment l’oreille interne, le cerveau et la musculature. Une biopsie musculaire permet généralement de confirmer la présence d’anomalies mitochondriales.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Symptômes

Le syndrome de Melas commence par des crises d’épilepsie tonico-cloniques fréquentes. Les épisodes surviennent généralement en présence d’infection ou d’effort physique. Ils incluent des céphalées et des vomissements et s’accompagnent de déficits moteurs, d’hémiparésies transitoires et d’épisodes de cécité corticale. Les problèmes de motricité du sujet sont souvent secondaires à la surdité et aux troubles de la conscience. Les signes chroniques de la maladie comprennent :

  • myocardiopathie ;

  • surdité ;

  • diabète ;

  • petite taille ;

  • faiblesse musculaire ;

  • retard mental ;

  • trouble de l’apprentissage, de la mémoire ou de l’attention.

Certains patients présentent en outre des faiblesses musculaires. Des accidents vasculaires cérébraux sont également observés suite à une altération progressive des cellules de la paroi vasculaire au niveau mitochondrial. Ces crises sont à l’origine de la démence ainsi que d’une perte de la vision et de l’autonomie sur le long terme.

Diagnostic du syndrome de Melas

Le diagnostic est basé sur l’imagerie cérébrale révélant généralement des lésions, notamment une atrophie cérébrale, une calcification des ganglions de la base. Celles-ci ne suivent pas une topographie vasculaire, ce qui écarte un accident ischémique vasculaire. Les résultats démontrent en outre une importante concentration de lactase dans le liquide céphalo-rachidien et en faible quantité dans le sang. Par ailleurs, la biopsie musculaire révèle la présence d’une myopathie mitochondriale avec des fibres rouges déchiquetées ainsi qu’un déficit mosaïque en activité cytochrome oxydase chez 85% des patients. Une analyse des enzymes de la chaîne respiratoire ainsi que du génome mitochondrial peut être réalisée.

La prise en charge

Le traitement reste symptomatique. Le médecin prescrit généralement des suppléments nutritionnels riches en Riboflavine, L-carnitine ou coenzyme Q10 pour améliorer le métabolisme, mais leur efficacité est moindre. Les crises d’épilepsie sont prises en charge par des anticonvulsifs si les déficits neurologiques sont traités par l’arginine. En cas d’acidose lactique grave, la dichloroacetate est prescrite.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.