Leucémie myéloïde chronique : un cancer du sang et de la moelle osseuse

Concilio - Leucémie myéloïde chronique : un cancer du sang et de la moelle osseuse

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

La leucémie myéloïde chronique est un cancer rare qui affecte le sang et la moelle osseuse. Son incidence est d’environ 1 à 2 cas pour 100 000 personnes. Elle touche généralement les personnes de plus de 50 ans avec une prédominance masculine.

La leucémie myéloïde chronique se caractérise par la production excessive de globules blancs. Leur accumulation perturbe le bon fonctionnement des autres cellules sanguines.

La leucémie myéloïde chronique ou LMC évolue en trois phases :

  • La phase chronique : le patient présente peu de symptômes.
  • La phase d’accélération : augmentation du nombre de globules blancs anormaux dans le sang et la moelle osseuse, apparition de symptômes non spécifiques.
  • La phase de transformation : la moelle osseuse est envahie par les globules blancs anormaux, empêchant ainsi son bon fonctionnement.

Les symptômes

La leucémie myéloïde chronique entraine une altération rapide de l’état général du patient. Les signes sont les conséquences de l’incapacité de la moelle osseuse à fabriquer des cellules normales. Les principaux symptômes sont :

  • Une anémie à cause de la diminution du nombre de globules rouges dans le sang. L’anémie entraine une pâleur, un essoufflement, une accélération du rythme cardiaque et de la fatigue.
  • Des saignements au niveau du nez, des gencives et du système digestif.
  • Des infections à cause de la réduction du nombre de globules blancs matures.
  • Une augmentation de la taille de la rate et plus rarement du foie.
  • Des petites lésions de la peau.
  • Des gencives enflées et douloureuses.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic et traitement

La LMC peut être suspectée suite à une simple prise de sang montrant une augmentation des polynucléaires neutrophiles et la baisse inconstante du nombre de globules rouges et de plaquettes. L’analyse de sang met également en évidence la présence d’une myélémie (cellules immatures). Pour confirmer le diagnostic, un autre examen doit être réalisé en plus de l’analyse sanguine, le myélogramme. Ce dernier permet d’analyser les cellules de la moelle osseuse. Il s’agit bien d’une LMC si la moelle contient moins de 5% de cellules immatures, si ce nombre est supérieur à 20% il s’agit d’une phase aiguë de leucémie.

L’étude des chromosomes des cellules anormales à la recherche du chromosome Philadelphie (positif dans 98% des cas) ainsi que d’autres études cytogénétique et de biologie moléculaire permet d’affiner le diagnostic et de proposer un traitement adéquat.

Les thérapies dites ciblées constituent le traitement de la LMC. Elles permettent de freiner la croissance des cellules cancéreuses. Ces traitements permettent de stabiliser l’état des patients et d’améliorer considérablement leur qualité de vie.

La greffe de la moelle osseuse constitue aussi le traitement de la LMC, mais elle s’adresse uniquement aux patients de moins de 50 ans.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.