Kératocône : maladie dégénérative altérant la sphéricité de la cornée

Le saviez-vous ?

En France en 2018, il faut compter 80 jours en moyenne pour avoir un rendez-vous avec un ophtalmologue.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que le kératocône ?

Contraction des mots grecs « kerato » (traduit couramment par « corne » ou « cornée ») et de « konos » (signifiant « cône »), le kératocône est une maladie dégénérative altérant la forme de la cornée. Normalement, cet élément se présente sous la forme d’une calotte asphérique et saillante. La cornée permet notamment de transmettre les rayons à la rétine et au cristallin. De ce fait, la transformation de cette partie de l’œil provoque d’importantes modifications des images perçues par le sujet.

Les distorsions significatives de la vision du patient induisent des images dédoublées ou multiples, des stries ainsi qu’une photophobie aigüe (hypersensibilité à la lumière). La forme de l’affection la plus courante englobe différents types de dystrophies de la cornée. Son incidence est de 1 sur 2 000. Elle est de ce fait considérée comme une maladie rare. L’affection concerne a priori toute la population mondiale. Toutefois, les spécialistes ont constaté une prévalence notable chez les personnes d’origine asiatique.

Clinique

La plupart du temps, le diagnostic du kératocône se révèle assez facile, car il est effectué à un stade avancé de l’évolution de la maladie. Le sujet consulte en raison d’une gêne provoquée par une vue brouillée. Cette sorte de brouillard est souvent accompagnée d’une déformation des images et d’un affaiblissement de l’acuité visuelle. Se manifestant surtout en vision de loin, les premiers symptômes de la maladie sont aussi associés à des irritations au niveau de l’œil, une sensation d’éblouissement et à une photophobie. Certains patients se plaignent d’une vision « pulsatile » après des efforts physiques. Le phénomène indique un amincissement avancé de la cornée.

Au cours de l’examen clinique, le médecin doit se focaliser sur les anomalies caractéristiques de l’affection : un astigmatisme irrégulier de la cornée, une protrusion cornéenne excentrique et la présence d’opacités sur la cornée.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Évolution et traitements

Les premiers symptômes apparaissent en général à l’adolescence du sujet et la maladie atteint sa phase la plus grave vers 30 ans. En raison de sa rareté, le kératocône est une affection peu connue et ses causes restent incertaines. Après la confirmation du diagnostic, son évolution est assez lente et parfois imprévisible. Si la maladie affecte les deux yeux, l’altération de la vision du sujet peut devenir handicapante au quotidien (impossibilité de lire, de conduite ou de se déplacer, etc.). Dans la majorité des cas, l’utilisation de verres correcteurs ou de lentilles de contact permet au patient de retrouver une vie normale.

Une intervention chirurgicale s’impose pour les cas les plus graves de kératocône. Ce type de traitement nécessite le plus souvent des greffes de la cornée. Bien qu’elle soit encore méconnue, cette maladie de la cornée peut être traitée grâce à une myriade de méthodes médicales et chirurgicales. De plus, la qualité de vie du sujet est rarement affectée par ces différents traitements.

843 ophtalmologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.