Kinésithérapie et rééducation

Concilio - Kinésithérapie et rééducation

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Etymologie et définition

La kinésithérapie vient du mot grec « kinêsis » qui signifie mouvement. Cette spécialité paramédicale est ainsi basée sur l’utilisation des mouvements dans le but de rétablir les fonctions vitales. Elle peut avoir une fin préventive et curative. On compte actuellement deux types de kinésithérapie : passive et active.

La kinésithérapie passive

Cette classe regroupe les massages, les étirements musculaires et les mobilisations assistées des articulations.

Ces pratiques sont généralement employées pour lutter contre l’ankylose articulaire et les douleurs musculaires.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


La kinésithérapie active

Comme son nom l’indique, le patient doit effectuer des exercices physiques pendant la durée de son traitement. Divers mouvements lui sont prescrits dans le but d’améliorer sa mobilité et sa fonction.

Celle-ci regroupe notamment les exercices de renforcements musculaires ciblés, le travail de rééducation proprioceptive, la balnéothérapie, les exercices d’étirements musculaires…

Quelques exemples de rééducation

On peut par exemple parler de rééducation neurologique pour traiter une pathologie du système nerveux comme la maladie de Parkinson affectant particulièrement le cerveau.

La rééducation respiratoire quant à elle aide à réhabilitation de la respiration. Elle est recommandée à toutes les personnes ayant des difficultés respiratoires comme la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

La rééducation peut également se pratiquer sur une fonction particulière à savoir la mastication, la déglutition, le périnée ou encore les fonctions de la main. Les domaines d’application sont très variés, et nécessitent une prescription médicale spécifique.

Les étapes du traitement en kinésithérapie

La kinésithérapie comprend cinq étapes dont :

  • L’évaluation de la posture : permet de localiser l’origine des douleurs en vue d’apprendre une posture optimale

  • Le traitement : intégrant la détente des muscles contractés, les mobilisations articulaires.

  • Les étirements

  • L’éducation du patient pour réaliser une auto-rééducation, c’est à dire seul à la maison.

  • Le suivi

Qui peut bénéficier de la kinésithérapie ?

La rééducation kinésithérapique suit un examen clinique minutieux réalisé par votre praticien qui pourra si besoin définir les objectifs et limites de cette rééducation. Le kinésithérapeute pourra quant à lui adapter les exercices nécessaires à une bonne récupération fonctionnelle. Ces deux praticiens travaillent de concert dans l’intérêt du patient.

Formation et débouchés

Toutes les personnes souhaitant se spécialiser dans le domaine de la kinésithérapie doivent obligatoirement suivre une formation initiale de cinq ans. Ce parcours est divisé en deux parties :

  • Une première année commune aux études de santé (PACES)

  • Quatre ans d’étude à l’Institut de Formation en masso-kinésithérapie.

À l’issu de cette formation, les masseurs kinésithérapeutes obtiennent un diplôme validé par le Conseil National de l’Ordre des masseurs kinésithérapeutes. Ils intègrent alors le corps professionnel des praticiens rééducateurs.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.