Syndrome du défilé thoraco-brachial

Concilio - Syndrome du défilé thoraco-brachial

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que le syndrome du defilé thoraco-brachial ?

Le syndrome du défilé thoraco-brachial constitue une pathologie relativement fréquente et souvent méconnue. Il s’agit d’une compression artérielle, nerveuse ou veineuse, dans le passage thoraco-brachial, entre les muscles scalènes antérieur et moyen, ou plus communément dans la région du cou et des épaules.

Les troubles associés au syndrome du défilé thoraco-brachial sont mixtes, c’est-à-dire à la fois vasculaires et neurologiques. D’autre part, la compression peut apparaitre à plusieurs niveaux : elle peut survenir à la hauteur du cou, de la clavicule ou du creux auxiliaire.

Les symptômes du défilé thoraco-brachial

Les symptômes du syndrome du défilé thoraco-brachial varient selon le type de compression observé ainsi que la localisation de celle-ci. Généralement, cette maladie se caractérise par un engourdissement et des fourmillements dans les bras et les doigts, ainsi qu’une douleur et une faiblesse musculaire au niveau du membre supérieur.

D’autre part, une perte de toucher et une sensibilité à la chaleur et au froid sont rapportées. À noter que la douleur est aggravée à l’effort, notamment après certains mouvements comme lever le bras pour attraper quelque chose.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le diagnostic

Combinaison de trois facteurs déclenchants, dont une prédisposition anatomique liée à un geste néfaste et/ou une mauvaise posture, le syndrome du défilé thoraco-brachial présente une forte prévalence chez les sportifs. Les domaines les plus touchés sont notamment le sport de lancer, le handball, le golf, le baseball, le tennis, etc. D’autre part, les professions requérant des postures contraignantes sont incriminées.

Le diagnostic du syndrome du défilé thoraco-brachial repose sur les antécédents médicaux et la réalisation d’un examen physique. Par la suite, des manœuvres telles que le test de Ross permettent de découvrir les éléments comprimés. Des tests complémentaires tels que les radiographies, l’écho-doppler, l’électromyogramme ou même une artériographie viennent confirmer les résultats antérieurs.

La prise en charge

Le choix de la prise en charge du syndrome du défilé thoraco-brachial repose sur plusieurs facteurs :

  • L’âge et l’état de santé général du sujet

  • La présence ou non de malformations anatomiques

  • La morphologie

  • Le type d’activité du patient

  • L’ampleur de la compression

  • Le type de compression

  • Le siège de la compression

Il existe deux types de traitement pour le syndrome du défilé thoraco-brachial :

  • Un traitement conservateur

Le traitement conservateur est généralement suffisant pour prendre en charge le syndrome du défilé thoraco-brachial. Constitué d’un ensemble d’exercices de rééducation posturale et d’un réapprentissage des gestes quotidiens, celui-ci est complété par la prescription d’anti-inflammatoires en vue d’apaiser la douleur. Par ailleurs, des massages du rachis cervical peuvent se révéler bénéfiques.

  • Un traitement chirurgical

En cas de persistance des signes, en dépit de la rééducation posturale ainsi que la suppression des gestes associés à la pathologie, le traitement chirurgical devient une nécessité. Il consiste à dégager un espace anatomique pour permettre une décompression des éléments vasculaires et nerveux. De nombreuses techniques chirurgicales existent, et dépendent de l’élément à décomprimer en priorité. À cet effet, la myotomie des muscles scalènes, l’exérèse chirurgicale de la première côte et/ou de la côte cervicale sont possibles.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.