Insuffisance aortique

Généralités

On parle d’ insuffisance aortique lorsque la valve aortique ne se ferme pas complètement, conduisant à un reflux de sang du ventricule gauche vers l’aorte. Ce dysfonctionnement surcharge le travail du ventricule gauche qui se dilate, entrainant une insuffisance ventriculaire gauche. Cette pathologie dissimule souvent d’autres maladies comme le rétrécissement aortique ou la valvulopathie mitrale.

Les étiologies

L’ insuffisance aortique peut faire suite à des affections telles que le traumatisme thoracique, l’endocardite d’Osler, la syphilis, l’athérosclérose, les maladies auto-immunes, la dissection aortique, la malformation congénitale ou le rhumatisme articulaire aigu. L’infection bactérienne de la valve aortique reste la cause la plus fréquente.

Les symptômes

Latente, l’ insuffisance aortique n’est décelée que lors d’essoufflements et de douleurs thoraciques. À l’occasion d’une auscultation cardiaque, on observe un souffle diastolique doux, se traduisant par un bruit anormal suite au second bruit (B2) qui s’interrompt avant le premier bruit (B1). D’autre part, des signes d’hyperpulsatilité artérielle tels que pouls ample, bondissant, dépressible avec signes de la danse des artères carotides sont rapportés. Du côté de la tension artérielle, les études montrent une pression systolique augmentée et une pression diastolique diminuée.

Le diagnostic

Le diagnostic consiste en la réalisation d’examens et analyses complémentaires visant à confirmer l’hypertrophie ventriculaire. Il comprend :

Ces explorations permettent de décider de la nécessité d’une intervention chirurgicale.

Le traitement

La prise en charge de l’insuffisance aortique consiste dans un premier temps à considérer l’hygiène de vie. Il s’agit d’encourager le patient à limiter les efforts et à adopter un régime sans sel. D’autre part, le médecin prescrit des tonicardiaques et des antibiotiques afin de prévenir l’endocardite d’Osler et le rhumatisme articulaire aigu. Le traitement devient chirurgical lorsqu’il y a décompensation cardiaque. L’opération vise à remplacer la valve aortique par une prothèse sous circulation extracorporelle. À ce titre, deux types de prothèses existent :

  • les prothèses biologiques

Ce sont des hétérogreffes d’origine animale ou des homogreffes d’origine humaine. Si elles ne nécessitent aucun traitement anticoagulant, elles se dégradent néanmoins au bout de 10 ans.

  • les prothèses mécaniques

À disque, elles affichent une plus grande durabilité, mais nécessitent un traitement anticoagulant à vie.

Dans le cas d’une intervention de Bentall, il s’agit d’effectuer un remplacement prothétique de l’aorte thoracique ascendante associé à une prothèse valvulaire aortique.