Fièvre ou pyrexie : quand l'organisme se défend

Concilio - Fièvre ou pyrexie : quand l'organisme se défend

Le saviez-vous ?

La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de santé.

Généralités

La fièvre se définit par une température rectale au-delà de 38°C. Lorsque la fièvre est modérée, entre 37,7 °C et 37,9 °C, on l’appelle fébricule.

La fièvre est une réponse physiologique du corps médiée par l’hypothalamus, en réponse à une stimulation par des substances pyrogènes, libérées par les macrophages lors de phénomènes inflammatoires.

Causes et facteurs de risque

La fièvre peut avoir des origines diverses :

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Conséquences de la fièvre

La fièvre présente des effets négatifs, inconfortables et souvent dangereux, à savoir :

  • risque de déshydratation en raison d’une perte d’eau importante suite à la transpiration
  • altération des processus métaboliques de l’organisme
  • perte de poids
  • migraine
  • malaise général

Malgré sa nature anodine, la fièvre doit faire l’objet d’un diagnostic. Dans ce sens, une température élevée et ponctuelle doit être traitée afin d’empêcher les complications citées antérieurement. D’autre part, une fièvre moins élevée qui tend à se prolonger constitue un signe d’appel.

Traitement de la fièvre

L’intervention d’un médecin est n’est pas toujours nécessaire en ce qui concerne la prise en charge de la fièvre. Pour faire baisser la température, l’on peut recourir à un traitement non médicamenteux. Le premier geste consiste en une importante hydratation visant à compenser la perte de liquide provoquée par la sudation. Le repos constitue également un élément essentiel en termes de traitement. Il permet à l’organisme de se recentrer sur l’éventuelle infection. La douche ou le bain se révèle également efficace pour remédier à la fièvre à condition que la température de l’eau soit inférieure à la température corporelle. Par ailleurs, le port de vêtements légers est recommandé.

Le traitement médicamenteux préconise la prise de paracétamol, geste de première intention chez les enfants. Toutefois, privilégiez une dose de 15 mg/kg/prise en respectant un écart de 4 heures entre deux prises, soit une fréquence de 4 fois par jour.

En cas de persistance de la fièvre ou d’altération de l’état général, un avis médical est nécessaire.

À noter que si l’ingestion d’un médicament entraîne une fièvre, sa prise doit impérativement être suspendue, puis remplacée par d’autres antalgiques.

Plus de 18 000 médecins recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.