Pontage fémoro-poplité

Le saviez-vous ?

Les maladies cardio-vasculaires sont la 1ère cause de mortalité chez les femmes.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de cardiologie.

L’artère fémorale : quel est son rôle ?

L’artère fémorale superficielle correspond à l’artère nourricière principale de la jambe. Elle se développe au niveau du pli de l’aine à partir de l’artère fémorale commune et s’étend au niveau du genou par l’artère poplitée. Dans la plupart des cas, lorsqu’une sténose rétrécit progressivement le calibre de l’artère, le réseau de suppléance tend à s’élargir et permet une oxygénation normale de la jambe.

Toutefois, au cours d’un effort tel que la marche ou la course, les muscles requièrent des besoins supplémentaires, et donc un apport sanguin conséquent non fourni par les artères obstruées. Ce dysfonctionnement est secondaire à la douleur au mollet au moment de la marche : c’est la claudication.

Les atteintes de l’artère fémorale superficielle

Les lésions artérielles sont souvent consécutives à une maladie athéromateuse caractérisée par une plaque. Cette dernière constitue une accumulation dans la paroi de l’artère de glucides, de lipides, de tissus fibreux et de dépôts calcaires. Une fois la plaque athéromateuse fracturée à l’intérieur de l’artère, il se produit soit une occlusion, soit une embolie dans l’artère. Ces affections sont notamment localisées au niveau des bifurcations suite aux turbulences du flux sanguin. Cette pathologie athéromateuse est accentuée par des facteurs de risques cardio-vasculaires tels que le tabac, le diabète, le cholestérol, l’hypertension artérielle, etc.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Qu'est-ce que le pontage fémoro-poplité ?

Si un traitement médical est possible, une prise en charge chirurgicale est nécessaire dans la plupart des cas.

Le pontage fémoro-poplité est recommandé en cas de gêne fonctionnelle importante, de douleurs au repos ou de plaies. Réalisée au bloc opératoire, sous anesthésie générale ou locorégionale, l’hospitalisation peut durer 5 à 10 jours. Elle consiste à court-circuiter le segment de l’artère pathologique soit par un tube prothétique soit par une veine superficielle. À cet effet, deux incisions sont effectuées : une première au niveau de l’aine vise à raccorder la prothèse ou la veine à l’artère fémorale, et une deuxième au-dessus ou en-dessous du genou permet le raccordement au niveau de l’artère poplitée.

Dans le cas de pontages veineux, des incisions supplémentaires sur la cuisse sont prévues pour relier les branches de la veine.

À l’issue de l’opération, les soins post-opératoires consistent en des pansements et des injections sous-cutanées d’anticoagulants le temps de l’immobilisation.

Les signes de la maladie

En fonction du degré de rétrécissement de l’artère, deux classes de manifestations cliniques sont observées :

  • Douleurs de repos se traduisant par des douleurs nocturnes intenses, intolérables, ressenties au niveau des extrémités telles que les orteils ou le pied.

  • Douleurs d’effort : de type crampe ou sensation de fatigue à certains groupes musculaires comme le pied ou le mollet, ressenties à l’effort physique et disparaissant au repos. Celles-ci surviennent à la marche, mais jamais au repos ni en station debout. D’autres signes comme une sensation de serrement, une distorsion, des brûlures ou un simple engourdissement du membre sont rapportés.

Sources

  1. Risques cardiovasculaires chez les femmes. Fédération Française de Cardiologie
    https://www.fedecardio.org/La-Federation-Francaise-de-Cardiologie/Nos-combats/le-risque-cardio-vasculaire-chez-les-femmes
  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1512 cardiologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio