Kyste pilonidal ou sinus pilonidal

Un kyste peu courant

La prévalence du kyste pilonidal est relativement faible avec près de 26 patients sur 100 000 chaque année1. La prédominance est notablement masculine avec un risque deux fois plus important pour les hommes.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce qu'un kyste pilonidal ?

Le kyste pilonidal, également dénommé sinus pilonidal ou kyste sacro coccygien, se présente sous la forme d’une boule apparaissant au niveau du sillon interfessier ou du coccyx. Des poils cassés, parvenant à pénétrer dans une fossette sacro coccygienne, vont provoquer une réaction inflammatoire. L’infection du kyste va entraîner la formation d’un abcès aigu et douloureux, libérant du pus et pouvant devenir insomniant.

Le kyste pilonidal peut aussi être chronique. Les douleurs sont moins intenses que pour la forme aiguë, mais des démangeaisons peuvent être ressenties par la personne infectée. Cette forme peut survenir d’emblée ou succéder à un kyste pilonidal aigu.

Origines et typologie du kyste pilonidal

Cette pathologie touche surtout l’adulte jeune, ayant entre 20 et 30 ans, avec une prédominance masculine.

Bien que son étiologie reste inconnue, on lui attribue toutefois plusieurs facteurs pouvant favoriser son développement :

  • Obésité
  • Antécédents familiaux
  • Forte pilosité
  • Travail sédentaire (induisant une station assise prolongée)
  • Traumatisme suite à une opération chirurgicale dans la région sacro coccygienne

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Symptômes du kyste pilonidal

Un kyste pilonidal n’est pas toujours douloureux. Il peut parfois rester inaperçu plusieurs années.

Une infection du kyste peut toutefois provoquer de nombreux symptômes :

  • Douleurs inflammatoires
  • Durcissement de la peau sur la partie infectée
  • Présence de pus au niveau du kyste
  • Démangeaisons
  • Fièvre
  • Difficulté à rester en position assise

Traitement : comment soigner le kyste pilonidal ?

Le kyste pilonidal est une affection courante et bénigne

Une consultation chez un médecin permettra un diagnostic et une prise en charge rapide. La première mesure à prendre est de bien laver et sécher la zone infectée afin de prévenir une infection. Une épilation est également conseillée afin d’éviter toute complication.

Intervention chirurgicale pour enlever le kyste pilonidal

Bien qu’une antibiothérapie puisse être prescrite afin de garder l’infection sous contrôle, seule une intervention chirurgicale sera en mesure de traiter le sinus pilonidal. Le chirurgien réalisera une excision complète du sinus pilonidal et de toutes les zones adjacentes infectée. Il ne sera pas réalisé de point de suture du fait d’un risque d’infection. La cicatrisation se fera de façon dirigée et durera plusieurs mois.

Lorsqu’un écoulement de pus est constaté au niveau de l’orifice fistuleux, une excision visant à cureter l’abcès puis à prélever tous les tissus infectés peut être pratiquée pour soulager le patient. L’excision complète du sinus pilonidal se fera alors dans un second temps.

Risques de récidives du kyste pilonidal

Le kyste pilonidal est une pathologie bénigne et fréquente. Bien que le taux de récidive soit faible suite à une opération chirurgicale, soit 5 % des cas, une surveillance régulière permet d’y remédier. Si toutefois des signes d’infection se manifestent, il convient de contacter rapidement un médecin.

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1305 chirurgiens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.