Fistule anale et abcès de la marge anale : complications d’une infection des glandes anales

Concilio - Fistule anale et abcès de la marge anale : complications d’une infection des glandes anales

Le saviez-vous ?

La fistule anale atteint cinq fois plus l’homme que la femme et toutes les tranches d’âges peuvent être atteintes avec une nette prédominance entre 30 et 50 ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Présentation

Les abcès de la marge anale et les fistules anales représentent deux stades d’une même maladie due à une infection au niveau des glandes anales d’Hermann et Desfosses. Ces dernières sont localisées dans les cryptes anales, au pied des colonnes de Morgagni. Il s’agit de petites glandes situées dans la partie moyenne du canal anal.

L’apparition des fistules anales et des abcès se fait en plusieurs étapes. La première phase correspond à l’infection de la glande anale. En s’aggravant, cette infection mène vers le second stade de la maladie caractérisé par la suppuration. Le pus se diffuse ensuite à travers les différents tissus et les muscles entourant le canal anal à travers un petit conduit ressemblant à un cordon (fistules). Un abcès se forme une fois que la suppuration atteint la peau entourant l’anus. L’abcès n’apparaît ainsi qu’à un stade avancé de la maladie. En d’autres termes, la présence d’un abcès est issue de l’aggravation d’une fistule sous-jacente. Au lieu que le pus circule dans ce canal, il se collecte sous forme d’un abcès.

Diagnostic

L’abcès se présente au début sous la forme d’une petite boule rouge, chaude douloureuse et de nature inflammatoire localisée autour de l’anus. Elle est toujours très douloureuse et peut empêcher le sujet de s’asseoir. La tuméfaction peut également être accompagnée de fièvre. La fistule en revanche n’engendre pas de douleur. Elle se manifeste uniquement par un écoulement de pus dans la zone entourant l’anus. Toutefois, l’apparition d’une sensation de douleur est un des premiers signes de l’évolution de la maladie vers la phase de l’abcès.

À l’examen clinique, le médecin peut observer une petite boule purulente près de l’anus. Le patient présente souvent une petite cicatrice dans cette zone, une trace laissée par l’incision d’un précédent abcès. La palpation de la marge anale permet parfois de sentir une sorte de petit cordon dur correspondant au trajet de la fistule. Cependant, cette situation est assez rare. En général, une intervention chirurgicale est nécessaire pour découvrir ce trajet. Par ailleurs, il faut effectuer des examens radiologiques comme l’IRM pelvienne ou l’échographie endo-anale dans les cas les plus difficiles de fistules récidivantes ou très profondes.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Traitement

Actuellement, la chirurgie est la seule méthode adaptée pour traiter les abcès de la marge anale et les fistules anales. Le patient sera guéri seulement si le trajet de la fistule est retrouvé puis supprimé. Ainsi, la prescription d’antibiotiques ne permet pas de guérir efficacement et définitivement cette affection. L’intervention chirurgicale s’effectue soit sous anesthésie générale soit sous anesthésie péridurale. En moyenne, elle dure une dizaine de minutes, mais les cas les plus complexes peuvent prendre jusqu’à une heure.

Si la maladie est en phase d’abcès, cette anomalie doit être incisée pour évacuer tout le pus. Il faut aussi rechercher le point de départ de la fistule dans le canal anal pour l’éliminer. Toutefois, si la fistule est trop profonde et traverse les muscles nécessaires à la continence anale, il est conseillé de traiter uniquement l’abcès et de procéder à l’ablation de la fistule durant une autre opération.

Au cas où l’affection est encore en phase de fistule anale, l’intervention chirurgicale a pour premier objectif de supprimer le trajet de cette dernière. Cependant, au cours de l’opération, le médecin doit impérativement retrouver l’orifice à l’origine de la fistule dans le canal anal, puis faire attention à préserver l’intégrité fonctionnelle des différents muscles entourant l’anus (muscles de la continence anale) au risque de compromettre la retenue des selles.

1305 chirurgiens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.