Colposcopie : examen visuel pour observer les anomalies du col de l’utérus

Concilio - Colposcopie : examen visuel pour observer les anomalies du col de l’utérus

Le saviez-vous ?

Plus de 20% des françaises âgées de 16 à 60 ans n’ont pas profité d’un suivi gynécologique depuis au moins deux ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques gynécologie et obstétrique.

Présentation

La colposcopie est un examen médical consistant à passer par le conduit vaginal pour réaliser une observation minutieuse du col de l’utérus. Étymologiquement, « kolpos » se traduit par « cavité » (en l’occurrence le vagin) et « skopein » signifie « regarder » ou « observer ». L’examen nécessite l’utilisation de colorants et d’un appareil grossissant couramment appelé colposcope. Techniquement, il s’agit d’un microscope binoculaire (ou d’une loupe binoculaire). L’examen permet de mettre en évidence des anomalies morphologiques du col évoquant des lésions précancéreuses ou toutes autres anomalies et d’orienter avec précision le médecin sur la zone de prélèvement pour la biopsie.

Indications

Le plus souvent, une colposcopie est requise en cas de frottis anormal. Le frottis qui permet de dépistage du cancer du col de l’utérus permet de détecter la présence de cellules anormales au niveau du col. L’examen visuel contribue ensuite à établir le diagnostic en améliorant la précision de la biopsie. Parfois, la colposcopie est pratiquée pour suivre l’évolution d’une infection ou les résultats d’un traitement. Toutefois, cet examen ne peut en aucun cas remplacer le frottis ou la biopsie pour le dépistage du cancer du col de l’utérus. Il permet simplement de localiser les éventuelles lésions présentes au niveau du col.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Fonctionnement

L’épithélium représente les couches superficielles de cellules recouvrant le col de l’utérus. Suite à l’action des virus HPV, ces tissus se transforment progressivement et peuvent devenir précancéreux. Après un frottis « anormal », un diagnostic exact doit être établi par biopsie afin de proposer un traitement adéquat et diminuer le risque d’évolution. Les états précancéreux ne peuvent pas être perçus à l’œil nu. En effet, à l’examen, l’épithélium reste translucide même s’il est malade, sa surface ne semble pas altérée et laisse voir le chorion sous-jacent. De ce fait, il faut utiliser des réactifs (notamment des colorants) pour opacifier les zones affectées afin de les identifier et les localiser. Les solutions de Lugol et d’acide acétique permettent de visualiser d’éventuelles anomalies et d’orienter les biopsies.

Condition de réalisation et performance de l’examen

En principe, la colposcopie peut être réalisée à tout moment du cycle, au cabinet du gynécologue. Cependant, elle doit normalement être faite en dehors de toute forme de saignement pour éviter de fausser les observations. De ce fait, il est préférable d’éviter d’effectuer cet examen durant la période des règles. Les infections doivent également être traitées au préalable pour ne pas entrainer de fausses images pathologiques.

L’examen est satisfaisant si l’épithélium de l’exocol (partie externe du col) a pu être analysé dans son intégralité. L’observation se focalise surtout sur l’épithélium malpighien, la partie la plus fréquemment atteinte par les cancers du col. La ligne séparant cette membrane et l’épithélium interne (ou épithélium glandulaire) est communément appelée la « zone de jonction ». La colposcopie est considérée comme satisfaisante lorsque cette ligne a pu être observée dans sa totalité assurant ainsi une analyse optimale et complète de l’épithélium malpighien.

1559 gynécologues obstétriciens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.