Crises partielles ou crises focales

Le saviez-vous ?

En France, l’épilepsie touche environ 500 000 personnes dont la moitié a moins de vingt ans.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Introduction aux crises partielles

L’épilepsie résulte d’une activité électrique anormale dans le cerveau. Les neurones communiquent entre eux et se transmettent des informations par l’intermédiaire d’une activité électrique. L’épilepsie survient lors de la production excessive et soudaine de ces signaux électriques. Lorsque cette activité électrique anormale apparaît dans une zone délimitée du cerveau, on parle de crise partielle. Lorsqu’elle englobe la totalité du cortex, elle est dite généralisée.

L’épilepsie est la deuxième affection neurologique après la migraine. Elle ne génère pas de conséquences lourdes sur la vie quotidienne des personnes touchées sauf dans certaines formes d’épilepsie sévère qui sont associés à des retards de développement mental et moteur chez l’enfant. En France, l’épilepsie touche environ 7 personnes sur 1 000. La moitié des épileptiques sont des jeunes de moins de 20 ans.

Manifestations des crises partielles

Les crises partielles peuvent être simples ou complexes. Lors d’une crise partielle simple, la personne reste consciente et se souvient de la crise. Les sensations ressenties par les patients diffèrent selon la région focale impliquée : odeurs bizarres, sentiment étrange (peur, hallucination, impression de déjà-vu…), picotements… Si la décharge électrique anormale se situe dans la région du cerveau responsable de la vision, la personne percevra des lumières clignotantes.

Lors d’une crise partielle complexe, la zone touchée correspond à celle qui régit la conscience. Une crise entraîne alors une altération ou une perte de la conscience. La crise partielle complexe peut débuter comme une crise partielle simple pour ensuite se propager aux régions qui contrôlent la conscience. Lors d’une crise partielle complexe, la personne regarde dans le vide et effectue des gestes automatiques dont elle n’a pas conscience (marcher au hasard, taper un objet avec la main, claquer des lèvres…). Après la crise, la personne peut être désorientée, ressentir des vertiges, des maux de tête, de la fatigue ou encore des palpitations.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Diagnostic et traitement des crises partielles

Les crises partielles simples sont dans la majorité des cas symptomatiques. C’est à dire qu’elles se produisent à la suite d’une blessure, d’une tumeur ou d’une malformation congénitale touchant le cerveau. Le traitement des crises partielles simples dépend alors de la cause sous-jacente. Dans le cas d’une tumeur, une chirurgie peut être envisagée. Dans les autres cas, si la prise de médicaments antiépileptiques s’avère inefficace, la chirurgie peut aussi être envisagée pour retirer la région touchée du cerveau. Dans tous les cas, le patient doit respecter certaines règles d’hygiène de vie : respecter les heures de sommeil, limiter les jeux vidéo ainsi que la télévision, éviter le stress… La pratique d’activités telles que la baignade, la conduite ou encore l’escalade doit faire l’objet d’une surveillance par autrui.

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.