Pseudoparkinsonisme

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que le pseudoparkinsonisme ?

Le pseudoparkinsonisme est un syndrome neurologique présentant tous les signes de la maladie de Parkinson (mouvements anormaux, tremblements et rigidité) mais dont les causes sont différentes. En effet, la maladie de Parkinson découle d’une dégénérescence progressive des neurones tandis que le pseudoparkinsonisme est une affection plus complexe. Les facteurs considérés comme étant les causes de la maladie sont nombreux et son diagnostic peut s’avérer très difficile. Ce syndrome est caractérisé par :

  • des tremblements lents au repos et réguliers dès que l’attention du patient est détournée,

  • une hypertonie (rigidité) dite « plastique » et cédant par à-coup,

  • une posture instable,

  • des mouvements rares et lents ou hypokinésie (impliquant une akinésie, une bradykinésie et une oligokinésie).

Causes du pseudoparkinsonisme

Les dégénérescences associées à la maladie de Parkinson figurent parmi les conditions les plus évoquées comme étant à l’origine du pseudoparkinsonisme. Néanmoins, il existe une grande diversité d’étiologies possibles, incluant certaines toxines ou des altérations du métabolisme. Dans l’article « Clinical differentiation of parkinsonian syndromes: prognostic and therapeutic relevance », les chercheurs Christine CW et Aminoff MJ ont même présenté une multitude de problèmes pouvant être à l’origine du pseudoparkinsonisme. Certaines maladies d’origine génétique sont aussi évoquées comme causes possibles de cette affection, notamment : une dystonie parkinsonienne, la mutation de Parkin, une dystonie parkinsonienne liée au chromosome X, un parkinsonisme autosomal récessif juvénile.

Au cours du diagnostic différentiel, de nombreuses affections sont prises en considération pour expliquer les symptômes du pseudoparkinsonisme, dont :

  • le SIDA (une infection au VIH peut en effet entrainer des troubles similaires à la maladie de Parkinson),

  • une dégénérescence corticobasale,

  • la maladie de Creutzfeldt–Jakob,

  • la « démence du boxeur » ou démence pugilistique (encéphalite traumatique des pugilistes), provoquée par des commotions du cerveau à répétition,

  • la démence à corps de Lewy,

  • un pseudoparkinsonisme lié à la prise chronique de drogues comme les antipsychotiques, la métoclopramide (neuroleptique antiémétique) ou la MPTP,

  • une encéphalite léthargique,

  • un tremblement essentiel ou « tremblement familial »,

  • des maladies neurodégénératives sporadiques comme les atrophies multisystématisées (AMS),

  • le syndrome d’Hallervorden-Spatz ou neurodégénérescence associée à la pantothénate kinase,

  • la maladie de Steele-Richardson-Olszewski ou paralysie supranucléaire progressive (PSP),

  • un syndrome parkinsonien associé à une maladie cérébrovasculaire sous-jacente,

  • une intoxication au monoxyde de carbone, au manganèse, au mercure, à l’hexane, à la roténone, au toluène ou à certaines anonacées toxiques,

  • la maladie de Wilson, caractérisée par une accumulation anormale de cuivre dans l’organisme et entrainant des symptômes parkinsoniens,

  • un syndrome paranéoplasique (ensemble de symptômes neurologiques provoqués par les anticorps associés au cancer).

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Prise en charge du pseudoparkinsonisme

Le traitement d’un pseudoparkinsonisme varie de ce fait selon les causes sous-jacentes des différents troubles neurologiques présents chez le patient. Dans la majorité des cas, ces affections répondent peu aux traitements, sauf si la maladie à l’origine des symptômes est curable et clairement identifiée. Les pseudoparkinsonismes liés à la prise de drogue peuvent notamment être traités après une cure de désintoxication.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.