Spasme hémifacial : contractions involontaires des muscles faciaux

Le saviez-vous ?

En France au 1er janvier 2016, on dénombrait en moyenne 3 neurologues pour 100 000 habitants.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que le spasme hémifacial ?

Le spasme musculaire se traduit par une contraction involontaire et brève des fibres musculaires. Il peut toucher un groupe de muscles, un seul muscle ou une partie isolée d’un muscle.

Le spasme hémifacial se traduit par une contracture involontaire et indolore des muscles d’un côté du visage. La durée des contractions des muscles varie, augmente avec la fatigue ou le stress et persiste durant le sommeil. Pendant les spasmes, la moitié du visage se contracte tandis que l’autre moitié reste normale. Les spasmes sont indolores, mais gênants. Le spasme hémifacial touche les deux sexes, mais il est plus fréquent chez les femmes.

Etiologie

Les spasmes sont provoqués par une lésion du nerf facial comprimé par un vaisseau sanguin. Un traumatisme du nerf ou des séquelles d’une paralysie faciale peuvent également être à l’origine du spasme hémifacial. L’origine des spasmes n’est pas identifiée dans de nombreux cas. L’spasme hémifacial touche uniquement les muscles innervés par le nerf facial.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Symptômes et diagnostic du spasme hémifacial

Le spasme hémifacial se manifeste par un clignement de l’œil et un soulèvement du coin de la bouche du même côté. Le muscle du front se contracte, ainsi que le muscle de l’oreille. Les manifestations surviennent de façon insidieuse et progressive. Les contractions débutent généralement au niveau de la paupière et s’étendent vers la joue et la bouche. Au début de la maladie, les spasmes sont brefs, puis se prolongent de plus en plus. Dans les cas les plus sévères, les contractions sont presque permanentes. Pendant les crises, les patients sont incapables d’arrêter les contractions.

L’IRM est réalisée pour détecter des anomalies structurelles du nerf facial, par exemple une tumeur, et éliminer d’autres pathologies telles que la sclérose en plaques. L’imagerie par résonnance magnétique permet en général de constater une artère anévrismatique qui comprime le nerf.

Traitements

De nombreux traitements permettent de soulager les symptômes. Des médicaments destinés à la dystonie peuvent être prescrits pour diminuer les contractions. Outre le traitement médicamenteux, l’injection de toxine botulinique est efficace pour stopper les spasmes. Injectée sous la peau des zones atteintes, cette toxine affaiblit les muscles responsables des contractions. L’effet de la toxine botulinique s’épuisant au bout de trois à cinq mois, les injections doivent être renouvelées régulièrement. Les effets secondaires de l’injection de toxine botulinique sont rares, les ecchymoses sur les zones d’injection les plus fréquentes

Une intervention chirurgicale peut également être envisagée pour atténuer la pression exercée par l’artère sur le nerf. L’opération consiste à placer une petite éponge entre l’artère et le nerf.

Sources

1. « Atlas de la démographie médicale en France – Situation au 1er janvier 2016 », Conseil national de l’Ordre des Médecins, Dr Patrick BOUET, Président Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle LE BRETON-LEROUVILLOIS, Géographe de la santé (atlas accessible en ligne).

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.