Thrombophlébite cérébrale

Le saviez-vous ?

En France, environ 140 000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral chaque année.  20% en meurent dans l’année qui suit.1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que la thrombophlébite cérébrale ?

Forme rare d’AVC (accident vasculaire cérébral), la thrombophlébite cérébrale est provoquée par l’occlusion d’une veine ou du sinus veineux cérébral due à un caillot de sang. De ce fait, l’affection est aussi appelée « thrombose veineuse cérébrale » ou « thrombose des sinus veineux cérébraux ». Le terme thrombose implique l’occlusion d’une veine par un caillot (thrombus). Les séquelles de l’anomalie peuvent être graves, car le sinus veineux cérébral est un des principaux éléments permettant de drainer le sang depuis le cerveau.

Signes et symptômes de la thrombophlébite cérébrale

Les symptômes de l’affection apparaissent en général de manière progressive. Certains sujets présentent peu de signes avant-coureurs, rendant particulièrement difficile le diagnostic de la maladie à ce stade. Pourtant, il est très important de réagir assez rapidement pour éviter l’apparition de séquelles irréversibles

Au début, le patient connait des crises de céphalées assez importantes. Progressivement, les céphalées deviennent permanentes et plus intenses. Le patient commence ensuite à montrer d’autres signes renvoyant à un syndrome d’hypertension intracrânienne. Ces troubles incluent des vomissements, des anomalies de la vision et des crises d’épilepsie. Certains patients présentent également des signes de localisation hémisphérique causés par une ischémie cérébrale.

Le plus souvent, la cause de la thrombophlébite cérébrale est un foyer infectieux résistant, une infection ORL non traitée ou une anomalie sanguine provoquant la formation spontanée de caillots. Il existe toutefois une grande diversité de conditions favorisant l’apparition de caillots dans le sang et provoquant une thrombophlébite cérébrale. L’occlusion peut notamment être une séquelle d’un traumatisme crânien, d’une fièvre prolongée, de la déshydratation, etc. Par conséquent, au cours du traitement, les médecins doivent également éliminer la cause sous-jacente favorisant l’apparition de caillots pour éviter les récidives.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Diagnostic de la thrombophlébite cérébrale

Le diagnostic est établi en effectuant une IRM cérébrale et une angio-IRM veineuse. Avec une injection de gadolinium (le produit de contraste utilisé pour l’IMR), le caillot présent dans les sinus veineux est mis en évidence en prenant une forme ressemblant à un « delta ». L’examen à l’angio-IRM montre les effets de l’occlusion à travers l’absence de flux dans le sinus veineux.

Prise en charge de la thrombophlébite cérébrale

La thrombophlébite cérébrale est généralement traitée avec des anticoagulants. Cependant, il faut systématiquement se référer au dossier médical du patient pour vérifier les éventuelles allergies ou contre-indications. Le traitement antiplaquettaire se présente comme une alternative courante aux anticoagulants. L’aspirine et le clopidogrel font partie des substances les plus souvent utilisées dans le traitement de la thrombophlébite cérébrale.

Sources

1. Feigin et al. Lancet 2013 ; 383 :245-55.

  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr A. Morjane
  • Date de révision :

1736 neurologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.