L’angiosarcome : une tumeur des tissus mous

Le saviez-vous ?

En 2018 le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués  en France métropolitaine a été estimé à 382 000  (204 600 hommes et 177 400 femmes).1

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Le sarcome

Le sarcome est un type de cancer qui se développe aux dépens du tissu conjonctif ou des tissus qui en dérivent. Il existe plusieurs types de sarcomes : le sarcome des tissus mous, le sarcome osseux, le sarcome de Kaposi, le sarcome d’Ewing et le sarcome pléomorphe. Le sarcome prend un nom différent en fonction du tissu duquel il provient.

Quelques exemples de sarcome des tissus mous : le fibrosarcome (affectant les tissus fibreux), le léiomyosarcome (affectant le muscle lisse), le liposarcome (affectant le tissu graisseux) le rhabdomyosarcome (affectant le muscle squelettique), le glomangiosarcome (affectant le tissu périvasculaire) ou encore l’angiosarcome (affectant une artère).

Angiosarcome

L’angiosarcome est un sarcome des tissus mous. Cancer très rare, il prend naissance dans une artère. Il se caractérise par la prolifération de cellules anormales au niveau de l’endothélium. Il peut se localiser au niveau des veines, d’une artère, mais se trouve généralement sous la surface de la peau et dans les ganglions lymphatiques.

Ce type de cancer est dû à une exposition à des produits toxiques tels que le thorium, l’arsenic, les pesticides et le chlorure de vinyle ou à des irradiations antérieures (radiothérapie pour un autre cancer…).

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.

Diagnostic et traitement

Très souvent, l’analyse des cellules au microscope n’est pas évidente en raison de leur état très altéré. Des techniques de diagnostic plus sophistiquées sont nécessaires pour confirmer le diagnostic : une immunohistochimie. Il s’agit d’une technique histologique de marquage des cellules par des réactions immunologiques.

Le traitement varie suivant l’organe touché. Cependant, le traitement de référence est la chirurgie. Lorsque la tumeur envahit des vaisseaux ou des nerfs essentiels à la fonction d’un membre, l’amputation est parfois nécessaire. La chimiothérapie est aussi utilisée pour compléter la chirurgie ainsi que la radiothérapie, ces deux traitements peuvent également être administrés avant la chirurgie lorsque la tumeur est inopérable d’emblée.

Sources

  1. Données globales d’épidémiologie des cancers – Institut National du Cancer
    https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Donnees-globales
  • Auteur : Dr F. Reinaud
  • Date de création :
  • Auteur de la révision : Dr F. Reinaud
  • Date de révision :

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.