Cancer de l’œsophage

Concilio - Cancer de l’œsophage

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Le cancer de l’œsophage

En France, 5000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. C’est le 3e cancer digestif en France. Le cancer de l’œsophage figure parmi les plus mortels et se répand très rapidement dans les autres organes. Il survient notamment chez les hommes âgés de plus de 55 ans.

Les symptômes du cancer de l’œsophage

Au tout premier stade, le cancer de l’œsophage peut passer inaperçu. Les symptômes n’apparaissent vraiment qu’une fois que le cancer fait épaissir la paroi de l’œsophage. Les signes les plus fréquents sont :

  • Douleur survenant lors de l’ingestion d’un aliment
  • Mal de gorge, douleur au niveau du thorax
  • Difficulté à avaler
  • Perte de poids
  • Fatigue
  • Perte d’appétit
  • Toux
  • Hoquet
  • Voix enrouée
  • Malaise, vomissements, nausées…

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Facteurs de risque et diagnostic

Les causes exactes du cancer de l’œsophage ne sont pas connues, mais des facteurs de risques ont été identifiés. L’alcool et le tabac figurent en haut de la liste. La tumeur peut également survenir à la suite d’une lésion au niveau de l’œsophage : une cicatrice, un endobrachy-œsophage lié à un reflux gastro-oesophagien chronique, des tumeurs bénignes, l’ingestion de produits chauds, l’obésité.

Le diagnostic comprend un examen clinique ainsi qu’une endoscopie. Pour confirmer le diagnostic, une biopsie est nécessaire. Par la suite, une écho-endoscopie haute permet d’évaluer le degré d’envahissement de la paroi de l’œsophage. Les médecins auront également besoin de réaliser un scanner thoracique pour voir l’extension de la tumeur.

Les traitements et le pronostic

Le traitement dépendra du degré et du type du cancer. Au stade précoce, le traitement de référence est la résection endoscopique. Dans le cas d’un cancer localisé, la chirurgie est la plus indiquée. Elle peut être associée à une chimiothérapie ou une radiothérapie. Dans le cas d’un cancer métastatique, le traitement de référence est la chimiothérapie. Se répandant très rapidement aux tissus avoisinants, le cancer de l’œsophage peut toucher les bronches, les poumons et le reste de l’organisme.

Le pronostic dépend de nombreux facteurs : le diagnostic, l’étendue de la tumeur, l’état du patient… Cependant, comme tous les cancers, plus le diagnostic est précoce, meilleures sont les chances de survie du malade. Il est donc primordial de consulter dès l’apparition des signes cités ci-dessus. Par ailleurs, une tumeur qui touche uniquement le revêtement de l’œsophage est plus facile à traiter qu’une tumeur qui a infiltré la paroi musculaire de l’œsophage. En outre, si le nombre de ganglions lymphatiques est moindre, le pronostic sera plus favorable.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.