Cancer du côlon ou cancer colorectal

Concilio - Cancer du côlon ou cancer colorectal

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Le cancer du côlon se localise dans la muqueuse du côlon. 70 % des cas de cancer du côlon touche le côlon sigmoïde. En France, 33 000 nouveaux cas sont détectés chaque année. Il touche aussi bien les hommes que les femmes, mais les hommes un peu plus. Survenant généralement après 50 ans, il est responsable de plus de 17 500 décès par an en France.

Les symptômes du cancer du côlon

Le cancer du côlon se manifeste par : des diarrhées, des constipations, la présence de sang dans les selles, des gaz, des crampes, des ballonnements, une douleur au niveau du rectum, de la fatigue, de la faiblesse, des nausées, des vomissements, une perte de poids, une perte d’appétit, des infections urinaires répétées, une douleur à l’abdomen, une douleur dans les jambes ou encore au niveau du fessier. Tout saignement au niveau du rectum doit être signalé à son médecin.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Les facteurs de risque

Le cancer du côlon est le résultat d’un ensemble de facteurs : l’âge, l’hérédité, l’hygiène de vie (une alimentation trop riche en graisse animale et pauvre en végétaux, la sédentarité, une consommation excessive de viande rouge…), l’exposition à des substances cancéreuses et certaines pathologies inflammatoires du système digestif (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique…) peuvent évoluer vers une forme cancéreuse.

Les personnes à risques sont celles qui sont âgées de plus de 60 ans et celles qui ont des antécédents familiaux.

Diagnostic et prise en charge

Différents examens sont effectués pour déterminer la cause exacte des manifestations citées ci-dessus. Le médecin procède notamment à une coloscopie pour visualiser l’intérieur du rectum et du côlon. Un bilan d’extension sera ensuite réalisé en cas de tumeur. Lorsque le cancer est diagnostiqué à un stade précoce, le pronostic est nettement amélioré. En France, les personnes âgées de 50 ans et plus sont invitées à effectuer un dépistage du cancer colorectal. Le test de référence pour détecter une éventuelle tumeur au niveau du rectum et du côlon est le test Hemoccult.

En cas de tumeur, le traitement associe la chirurgie à la chimiothérapie. Dans certains cas, il n’est pas possible de conserver l’anus. Les spécialistes procèdent alors à une colostomie, c’est-à-dire la création d’un anus artificiel.

Il est possible de prévenir le cancer du côlon en adoptant une bonne hygiène de vie (alimentation équilibrée pauvre en viande rouge et riche en fruits et légumes), en arrêtant le tabac ainsi que l’alcool et en pratiquant de l’exercice.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.