Rectocolite ulcéro-hémorragique : colite ulcéreuse

Concilio - Rectocolite ulcéro-hémorragique : colite ulcéreuse

Le saviez-vous ?

La rectocolite ulcéro-hémorragique est une maladie rare qui touche essentiellement les jeunes femmes âgées de 20 à 30 ans.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement dans toutes vos problématiques de santé.

Généralités

La rectocolite ulcéro-hémorragique correspond à l’inflammation chronique de la muqueuse du rectum et du côlon. Caractérisée par une hyperactivité du système immunitaire digestif, cette pathologie figure avec la maladie de Crohn parmi les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI). En fonction de l’étendue de la maladie, elle prend différentes formes, dont la rectite lorsqu’elle concerne uniquement le rectum, la proctosigmoïdite affectant le rectum et le côlon sigmoïde, la colite distale touchant le côlon gauche et la pancolite concernant le côlon entier.

Généralement, l’inflammation commence au rectum et s’étend vers l’intérieur du côlon. La rectocolite ulcéro-hémorragique peut survenir à tout âge, mais affecte surtout les jeunes adultes. Cette pathologie évolue par poussées avec des périodes de rémission plus ou moins longues entre chacune d’elles. Dans certains cas, la maladie s’éteint après plusieurs années.

Symptômes de la maladie

Lors des poussées, la rectocolite ulcéro-hémorragique se manifeste par des crampes abdominales douloureuses localisées surtout dans le bas ventre et l’évacuation de selles sanguinolentes, glaireuses ou glairosanglantes. Le patient souffre également d’une diarrhée chronique avec des selles fréquentes, même durant la nuit. Par ailleurs, il ressent un besoin urgent de déféquer, même s’il n’y a pas de selles à évacuer. Provoquant une perte d’appétit et une mauvaise absorption des nutriments dans l’intestin, la rectocolite ulcéro-hémorragique engendre aussi une dénutrition. Cette pathologie entraîne également une anémie se traduisant par une sensation de fatigue. En cas de poussées d’intensité grave, cette affection provoque une fièvre élevée avec tachycardie, des nausées, des vomissements et une déshydratation.

Ces signes peuvent être accompagnés d’autres symptômes comme une inflammation des yeux (uvéite), une éruption cutanée (érythème noueux, pyoderma gangrenosum, psoriasis) et des douleurs articulaires. Lorsque tout le côlon et le rectum sont atteints, des complications peuvent survenir comme des perforations coliques avec péritonite, des hémorragies digestives ou encore une cancérisation.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic et traitement

Pour effectuer le diagnostic, le patient est examiné par rectosigmoidoscopie montrant une muqueuse rouge, luisante, avec perte de la vascularisation et saignant spontanément au moindre contact. Cet examen est complété par des biopsies et une coloscopie permettant de déterminer l’étendue des lésions. Le traitement de la rectocolite ulcéro-hémorragique repose sur l’utilisation d’anti-inflammatoires spécifiques agissant sur la muqueuse digestive à administrer sous forme de comprimés, de suppositoires ou en lavement. Dans les formes plus sévères, l’utilisation de corticoïdes est indispensable. Lorsque le traitement sous corticoïdes est inefficace, le médecin préconise l’utilisation des immunosuppresseurs. En cas d’échecs des traitements médicaux, une intervention chirurgicale est requise.

Autres liens utiles

1305 chirurgiens recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.