Épendymome : tumeur de la moelle épinière

Concilio - Épendymome : tumeur de la moelle épinière

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Introduction à l’épendymome

L’ épendymome est une tumeur qui se forme dans l’épendyme qui tapisse les ventricules ainsi que le centre de la moelle épinière. Il est commun chez les enfants de moins de 6 ans mais rare chez ceux de moins de 2 ans. Cette affection se manifeste par des céphalées persistantes ainsi que des troubles de l’équilibre, de la vision et de la mémoire. Elle s’apparente souvent à un état dépressif.

Le système de classification histologique de l’OMS retient 3 formes d’épendymomes :

  • Les tumeurs bénignes de grade I et II se développent dans la colonne vertébrale

– L’épendymome myxopapillaire concerne toutes les personnes âgées de 30 ans et plus
– Le sous-épendymome touche surtout les hommes d’âge moyen ou âgés

  • La tumeur maligne de garde III ou l’épendymome anaplasique est localisée dans l’encéphale

Etiologie et symptômes de l’épendymome

Si les étiologies liées à l’ épendymome sont encore inconnues, les symptômes de cette maladie peuvent différer d’un patient à un autre, selon sa localisation. Lorsque la tumeur affecte le cervelet, la personne atteinte est sujette à des problèmes de coordination ou des signes d’hydrocéphalie tels que les vomissements, les nausées ou les céphalées. Des crises d’épilepsie associées à une hémiparésie, c’est-à-dire une faiblesse d’un côté de l’encéphale, indiquent que l’épendymome se développe dans la partie supérieure de l’encéphale. D’autres signes comme les problèmes de coordination ou d’alimentation, la fatigue et les mouvements incontrôlables des yeux sont également rapportés.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic de l’épendymome

Généralement, le diagnostic de l’ épendymome recourt à différents tests en vue de définir le lien entre la tumeur cérébrale et les symptômes observés. Ils font intervenir un examen physique et des scintigraphies cérébrales, la tomographie par ordinateur ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM). À l’issue des tests, un tissu prélevé servira d’échantillon à l’étude de la tumeur en question.

Traitement de l’épendymome

Pour soigner l’épendymome de grade I, II ou III, les spécialistes ont souvent recours à des traitements tels que :

  • La radiothérapie
    – La radiothérapie externe concerne les tumeurs de grade I ou II ou fait suite à une chirurgie pour les tumeurs de grade III.
    – La radiothérapie craniospinale consiste à irradier tout le cerveau. Elle devient nécessaire lorsque le cancer affecte le liquide céphalorachidien (LCR).
  • La chirurgie
    – La chirurgie constitue le traitement idéal pour endiguer la tumeur dans sa plus grande partie.

Des traitements de soutien complètent la prise en charge antérieure. Ils tendent à soulager les symptômes liés à l’épendymome, y compris :

  • Les corticostéroïdes
    – Ils sont efficaces pour réduire l’œdème cérébral. La dexaméthasone est la plus utilisée.
  • Les anticonvulsivants
    – Ces médicaments sont recommandés en cas de crises d’épilepsie.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.