Myélome multiple ou plasmocytome

Concilio - Myélome multiple ou plasmocytome

Le saviez-vous ?

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancers diagnostiqués en France était estimé à 384 442 (210 082 hommes et 173 560 femmes).

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

 

Généralités

Le myélome multiple ou plasmocytome est une maladie de la moelle osseuse. Il se caractérise par la multiplication anormale d’un plasmocyte dans la moelle osseuse.

Les plasmocytes sont des globules blancs. Ils produisent les anticorps nécessaires à l’organisme pour se défendre contre les infections. Dans le cas d’un myélome multiple, le plasmocyte se multiplie de façon anormale et s’accumule dans la moelle osseuse. Cette multiplication anormale des plasmocytes empêche les autres cellules sanguines de se développer normalement. Par ailleurs, les cellules myélomateuses fabriquent une substance qui cause des dommages sur les os.

Il existe différents types de myélome multiple : le myélome multiple latent, le myélome multiple latent à faible risque, le myélome multiple latent à risque moyen, le myélome multiple latent à risque élevé ou encore le myélome multiple actif.

Les symptômes

Les symptômes sont : une douleur osseuse, l’apparition d’une masse osseuse, une fatigue, une faiblesse, un essoufflement, des infections à répétition, de la fièvre, des saignements (nez, gencives…), des saignements abondants aux moindres coupures, un besoin fréquent d’uriner, une douleur abdominale, une confusion…

Le myélome multiple entraine également une hypercalcémie, une insuffisance rénale et une anémie.

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostic et traitement

Différents tests sont effectués pour établir le diagnostic : une analyse d’urine, des analyses biochimiques sanguines, une biopsie, des radiographies du squelette corps entier, une immunohistochimie, une tomodensitométrie, une cytométrie de flux ou encore une IRM.

Le traitement du myélome multiple est adapté en fonction de l’âge du patient, de son état de santé, du stade de la tumeur ou encore du type de myélome ainsi que de la présence ou non de facteurs de mauvais pronostic. Le myélome multiple ne peut pas être guéri, l’objectif du traitement est de soulager les symptômes et de ralentir la progression de la maladie. Les prises en charge comprennent un traitement ciblé, une chimiothérapie, une greffe de cellules souches, une radiothérapie, une chirurgie et un traitement de soutien.

La greffe de cellules souches est le traitement de référence chez les personnes touchées par un myélome multiple, surtout s’ils sont jeunes. La chirurgie est utilisée pour traiter la compression de la moelle épinière, souvent complétée par une radiothérapie. Le traitement de soutien est indispensable pour prévenir d’autres problèmes de santé.

Il arrive qu’aucun traitement ne soit utilisé dès le diagnostic d’un myélome multiple. En effet, lorsque le patient ne présente pas encore de symptôme, le traitement n’apporte aucun bénéfice sur l’évolution de la maladie. Une simple surveillance est donc mise en place pour suivre la progression de la maladie.

1112 oncologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.