Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Concilio - Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Le saviez-vous ?

En France en 2018, il faut compter 80 jours en moyenne pour avoir un rendez-vous avec un ophtalmologue.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) ?

La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est due à la dégénérescence de la macula, la partie de la rétine se trouvant au fond de l’œil et aux environs du nerf optique. L’acuité visuelle vient de cette zone de la rétine. De ce fait, sa détérioration provoque une perte progressive de la vision centrale. Ce phénomène se traduit par une tache floue au milieu du champ de vision de l’individu. La maladie concerne en général des personnes de plus de 65 ans, d’où l’appellation de dégénérescence maculaire sénile.

Le terme DMLA est aussi utilisé sur des patients plus jeunes présentant les mêmes symptômes. Cependant, la forme héréditaire de cette affection est appelée « maladie de Stargardt ». Les premiers symptômes apparaissent dès l’enfance ou à l’adolescence. Il existe deux manifestations de cette maladie : la forme atrophique dite « sèche » et la forme exsudative. Cette dernière représente environ 20 % des cas observés. Dans les deux cas, aucun traitement curatif n’existe pour l’instant. Les méthodes utilisées dans l’univers médical donnent seulement les moyens de limiter l’évolution de la dégénérescence.

Facteurs de risque

Différents éléments peuvent être à l’origine de la dégénérescence de la macula. Toutefois, l’âge est considéré comme le principal facteur de risque. D’autre part, les antécédents familiaux de DMLA augmentent de manière significative les risques d’être touché par la maladie. Les médecins évoquent également d’autres facteurs de risque, incluant : le tabagisme, l’hypertension artérielle, le surpoids ainsi que l’exposition prolongée au soleil.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Symptômes et diagnostic

La DMLA peut atteindre un seul ou les deux yeux. En général, le patient se plaint d’une importante perte de la vision souvent attribuée à des lunettes inadaptées. Le malade constate aussi une déformation des images et ne parvient plus à lire un mot en entier. Ce dernier phénomène est dû à un scotome, la tache floue et évolutive apparaissant dans le champ visuel. Il est très important de se faire dépister car l’évolution peut conduire à la cécité. L’œil atteint est blanc, indolore, non inflammatoire.

Outre l’interrogatoire clinique, il existe diverses méthodes permettant d’établir un diagnostic pertinent. L’opération consiste à mettre en évidence l’affaiblissement de l’acuité visuelle de l’individu notamment à travers le test ETDRS (Early Treatment Diabetic Retinopathy Study) ou le test des anneaux de Landolt. Une grille d’Amsler est indispensable, objectivant la déformation des lignes autour d’un point central. Le test de métamorphopsie est aussi utilisé pour confirmer la DMLA d’un patient. À l’aide d’un ophtalmoscope, le médecin peut observer les modifications sur la macula comme la présence de drusens (corps colloïdes de l’épithélium pigmentaire) ou des foyers d’hypo/hyperpigmentations. Enfin, l’OCT (tomographie en cohérence optique) donne la possibilité d’observer l’épaisseur de la rétine et l’exsudation associée aux néovaisseaux. A noter qu’une étude a démontré une diminution du risque de DMLA de 25% après prise de suppléments vitaminiques (Vitamine C, vitamine E, Oxyde de zinc et béta carotène, ce dernier étant contre indiqué chez le fumeur).

843 ophtalmologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.