Syndrome d'Irvine-Gass

Concilio - Syndrome d'Irvine-Gass

Le saviez-vous ?

En France en 2018, il faut compter 80 jours en moyenne pour avoir un rendez-vous avec un ophtalmologue.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, l’équipe Concilio vous accompagne personnellement.

Qu'est-ce que le syndrome d’Irvine Gass ?

Le syndrome d’Irvine Gass est un œdème maculaire cystoïde provoqué par une chirurgie ophtalmique. Ce phénomène a été décrit pour la première fois par Irvine en 1953. Gass et Norton l’ont ensuite caractérisé par angiographie en 1966. Ce syndrome est considéré comme la première cause de diminution de l’acuité visuelle après une intervention chirurgicale sur l’œil.

Le syndrome d’Irvine Gass se développe le plus souvent en raison de complications dans le geste chirurgical. Il peut aussi survenir après une intervention peu complexe.

Incidence

L’incidence de l’OMC (œdème maculaire cystoïde) du pseudophaque a été la première préoccupation de nombreuses études depuis plusieurs années. Toutefois, les résultats varient considérablement selon les travaux effectués. En effet, ces chiffres dépendent foncièrement de la définition angiographique, clinique et par OCT (tomographie par cohérence optique) du syndrome d’Irvine Gass.

Les résultats les plus significatifs se traduisent par un OMC accompagné de métamorphopsies et d’une baisse de l’acuité visuelle. Cette anomalie ne se développe que chez 1 à 2 % des sujets environ 6 semaines après l’intervention. En revanche, l’OMC infra clinique (c’est à dire sans retentissement visuel) est constaté chez près de 30 % des individus après une angiographie. L’OCT permet par ailleurs d’observer ce problème chez 11 à 41 % des sujets ayant bénéficié de traitement préventif.

Néanmoins, l’évolution des techniques chirurgicales (comme la réduction de la taille de l’incision) a permis de diminuer l’incidence des OMC avec retentissement visuel à près de 0,1 à 1,95 %.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Diagnostics

Le syndrome d’Irvine Gass se manifeste en général 4 à 12 semaines après l’intervention. Le diagnostic repose habituellement sur un examen clinique. Le sujet se plaint d’une réduction de l’acuité visuelle associée parfois à des métamorphopsies. Ce trouble de la vision est souvent peu sévère et se situe à 5/10 sur l’échelle de Monoyer. En examinant le segment antérieur, le médecin peut constater un œil blanc ainsi qu’une inflammation minime de la chambre antérieure. Par ailleurs, après examen, le fond de l’œil présente un OMC isolé, sans anomalie vasculaire, drusen ou hémorragie.

Une angiographie à la fluorescéine est parfois nécessaire pour effectuer un diagnostic différentiel du syndrome postopératoire avec l’OMC du diabétique. En effet, cette dernière affection ne présente en général aucune diffusion papillaire.

Traitement

Actuellement, il n’existe aucun véritable traitement curatif efficace et valide pour prendre en charge les patients souffrant du syndrome d’Irvine Gass. En général, les médecins prescrivent en première intention l’administration d’AINS topiques et la prise orale d’acétazolamide hors AMM. Ce dernier produit doit être associé à un collyre AINS tout au long du traitement. De cette manière, l’acétazolamide peut agir efficacement sur l’anhydrase carbonique et stimuler la fonction de l’épithélium pigmentaire de la rétine. Toutefois, cette substance a de nombreux effets secondaires incitant les patients à arrêter le traitement et causant une récidive précoce de l’œdème.

843 ophtalmologues recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.