Instabilité chronique de cheville

Le saviez-vous ?

En France, une grande majorité de la population doit faire face un jour à un problème orthopédique. Ainsi 150 000 prothèses de hanche et 100 000 de genou sont posées par an.

Pour mettre toutes les chances de votre côté face à la maladie, l’équipe médicale de Concilio vous accompagne personnellement.

Qu’est-ce que l’instabilité chronique de cheville ?

L’instabilité chronique de cheville se traduit par le manque de stabilité de la cheville suite à une entorse mal traitée ou une insuffisance de cicatrisation des faisceaux talo-fibulaires antérieurs du ligament collatéral latéral de la cheville et calcanéo-fibulaires. Ce dysfonctionnement est généralement secondaire à une simple entorse ou à la répétition de plusieurs entorses.

Les symptômes

La principale manifestation de la pathologie est l’instabilité ressentie par le patient. Dans sa forme primitive, elle se développe sur des terrains irréguliers. En s’accentuant, l’instabilité touche tout type de terrain et donne suite à une sensation d’insécurité permanente. Cette instabilité entraine une interruption des activités sportives nécessitant des mouvements de torsion comme le basket ou le foot.

Pourquoi être bien accompagné en cas de problème de santé ?

Concilio vous permet de bénéficier du meilleur du système de santé. Notre équipe médicale vous accompagne de manière personnalisée dans toutes vos problématiques de santé.

  • Dans 45% des cas, votre diagnostic ou votre traitement médical pourraient être optimisés.
  • 9 médecins sur 10 ont déjà prescrit des actes injustifiés : actes chirurgicaux, examens, doublons, mauvaises pratiques…
  • Tous les centres hospitaliers ou centres de traitement ne sont pas égaux. Certains d’entre eux sont plus ou moins adaptés à votre maladie.
  • La médecine se spécialise de plus en plus. Il est parfois complexe d’obtenir une information fiable et de s’orienter vers le bon médecin adapté à votre besoin.

Pour votre santé et celle de vos proches, mettez toutes les chances de votre côté avec Concilio.


Le diagnostic

Le diagnostic se fait de manière clinique par le biais d’un examen. Il vise à déceler la présence d’une laxité en varus de la cheville et/ou une laxité en tiroir antérieur, preuve de l’incapacité fonctionnelle du ligament collatéral de la cheville.

D’autres examens, notamment l’imagerie, viennent confirmer le résultat antérieur.

  • La radiographie :

Elle a pour objectif de rechercher un varus d’arrière pied, favorisant l’apparition de l’instabilité chronique. Les clichés en position de stress sont souvent réalisés.

  • L’IRM :

Ce procédé consiste à étudier les structures osseuses et tissulaires en vue de mettre en évidence les faisceaux ligamentaires abîmés pour découvrir les signes d’atteinte des tendons fibulaires lors des entorses à répétition.

Le traitement

La prise en charge de l’instabilité de la cheville consiste dans un premier temps en un traitement médical. À ce titre, le médecin prescrit généralement :

En cas de persistance des symptômes, le traitement chirurgical est souvent indiqué. Si cette intervention aide à la stabilité de la cheville, elle reste peu efficace sur les douleurs. L’opération consiste à réaliser une ligamentoplastie de type hémi-Castaing par l’intermédiaire de la moitié du tendon du court fibulaire. Le chirurgien effectue à cet effet une incision sur le bord externe de la cheville au cours de laquelle celui-ci est scindé en deux sur sa longueur. Afin de corriger la laxité externe de la cheville, l’une des moitiés sera passée dans un tunnel osseux au travers de la fibula, puis synchronisée sur elle-même avec un peu de tension.

Face à un varus calcanéen associé, une ostéotomie de valgisation de type Dwyer est nécessaire en vue de réajuster l’arrière-pied.

1024 chirurgiens orthopédistes recommandés par leurs pairs ont été identifiés par Concilio.